1 Français sur 2 regarde YouTube tous les jours en 2016

Ancré dans le quotidien des Français, YouTube est à la fois un carrefour d’audience, un relais d’influence et un point de contact entre les marques et les consommateurs. Un Français sur deux, entre 16 et 44 ans, regarde désormais YouTube tous les jours. Découvrez les chiffres de YouTube en 2016.

 

1. Une utilisation quotidienne devenue quasiment un réflexe

Sur YouTube, les vidéos se jouent 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, dès le matin au réveil ou le soir au coucher, YouTube est devenu un réflexe pour un quart des 25-34 ans.

Cette disponibilité immédiate colle parfaitement aux besoins et aux nouvelles habitudes de consommation des Français. Le temps passé sur YouTube a augmenté de 40% entre 2015 et 2016.

La moitié des français regarde désormais YouTube tous les jours, peu importe leur âge ou leur situation professionnelle et familiale. La moitié d’entre eux a entre 25 et 49 ans, et 40% sont parents.

2. Les consommateurs y suivent les tendances

YouTube est consommé par les utilisateurs pour suivre les tendances, rester au fait des actualités, dissiper doutes et interrogations ou tout simplement s’octroyer un moment de détente. Le plateforme s’inscrit au coeur des passions. Au top 5 des segments des vidéos les plus consommés sur YouTube : la musique, le lifestyle (lifestyle, cuisine, beauté, santé, mode), le sport, le bricolage et la comédie.

Les fans de sports utilisent par exemple YouTube dans le but de s’entraîner, s’informer ou tout simplement vibrer avec leurs athlètes préférés : 75% visionnent des vidéos de fitness tout en le pratiquant.

Youtube répond aussi aux besoins des internautes, notamment des femmes, parmi leurs motivations 45% citent la recherche d’infos ou la découverte de nouveautés, 43% la pêche aux conseils et recommandations, enfin 32% espèrent y trouver la solution à un problème.

3. Youtube, influent dans les décisions d’achat

YouTube est également un réseau d’influence. Plus de la moitié des utilisateurs vont sur YouTube pour s’informer, apprendre et progresser. De la phase d’inspiration à l’après-vente, en passant par le choix de la marque, les vidéos sur YouTube interpellent directement les utilisateurs et influencent leurs décisions d’achat.

39% des femmes françaises ont découvert sur Youtube une marque dont elles ignoraient l’existence, et sont 44% à suivre des marques qui les intéressent. Et l’influence court jusqu’à l’achat : 68% des femmes sur YouTube (dont l’achat a été influencé par YouTube) ont finalisé leur achat après avoir regardé une vidéo sur la plateforme.

Idem pour les fans de sports et de gaming : ces utilisateurs estiment que la plateforme les aide chaque mois dans leurs décisions d’achat.

 

Source

Chiffres clés du top 100 des marques sur Youtube

YouTube a fêté ses 10 ans cette année ! 10 ans de succès quasi infaillible, mais voici que Facebook cherche à marcher sur ses plates-bandes depuis quelques mois. Menée en partenariat avec Pixability, l’infographie ci-dessous analyse les tendances du Top 100 des marques.

 

10 ans ça se fête … mais ça s’entretient aussi ! Grâce à cette étude établie en partenariat avec Pixability, Youtube cherche certainement à rassurer ses partenaires sur ses performances notamment depuis l’apparition de l’upload de vidéos directement depuis Facebook. Découvrez ci-dessous l’analyse les tendances des Top 100 marques telles que définies par le classement Interbrand 2014 Best Global Brands.

Ce qu’il faut retenir :

  • Les 100 plus grandes marques présentes ont généré plus de 40 milliards de vues.
  • Ces 100 marques uploadent à elles seules une nouvelle vidéo toutes les 18,5 minutes.
  • Le meilleur jour pour publier est le jeudi.
  • Elles ont récolté 90 millions de likes sur leurs vidéos.
  • Ces 100 marques cumulent 73 millions d’abonnés.
  • Les investissements publicitaires ont augmenté d’environ 60% en 1 an.

 

Téléchargez l’étude complète ici.

YouTube-Pixability-Top-100-Brands-Chart

 

Taille des images sur les réseaux sociaux – Guide 2015

Quelle est la taille d’une photo de profil sur Facebook ou TumblR ? De quelles dimensions doit-être ma couverture Twitter ? Comment va apparaître mon image sur Pinterest, Google ou encore Instagram ? Comment optimiser mes publications sur LinkedIn ou Youtube ? Autant de questions auxquelles l’infographie de SetUpaBlogToday.com a répondu en image ! Voici les dimensions les plus importantes à retenir.

 

Twitter

– Header photo : 1500×500 px
– Photo de profil : 400 x 400 px
– In-stream photo (dans le fil d’actualité) : 440 x 220 px

Facebook

– Photo de profil : 180 x 180 px
– Photo de couverture : 851 x 315 px
– Image partagée : 1200 x 900 px
– Image associé à un lien : 1200 x 627 px
– Highlighted Image (événement marquant) : 1200 x 717 px

Google+

– Photo de profil : 250 x 250 px
– Image partagée : 497 x 373 px
– Photo de couverture : 1088 x 608 px
– Image associée à un lien : 150 x 150 px

Instagram

– Photo de profil : 110 x 110 px
– Aperçu (thumbnails) : 161 x 161 px
– Photo : 640 x 640 px

Pinterest

– Photo de profil : 165 x 165 px
– Photo de couverture de planche : 222 x 150 px
– Pin : 236px de largueur

Tumblr

– Photo de profil : 128 x 128 px
– Publication photo : 570 x 750 px

Youtube

– Couverture de chaîne : 2560 x 1140 px
– Taille d’une vidéo : 1280 x 760 px

Linkedin

– Logo : 100 x 60 px
– Photo de couverture : 974 x 300 px
– Bannière image : 646 x 220 px

 

social-media-image-size-cheat-sheet-2015_54af07949f49a_w1500

Vessel : la nouvelle plateforme vidéos qui veut concurrencer Youtube

S’attaquer au géant YouTube en essayant de faire tomber son modèle économique, c’est … ambitieux ! Jason Kilar, le fondateur d’Hulu (premier site de catch-up aux Etats-Unis) a officialisé, il y a quelques jours, le lancement de Vessel : une nouvelle plateforme de vidéos qui entend bien concurrencer YouTube sur son terrain et attirer les Youtubeurs stars !

 

Déjà connu pour avoir créer le premier site de catch-up aux Etats-Unis il y a 8 ans (Hulu), Jason Kilar s’apprête désormais à concurrencer YouTube avec sa nouvelle plateforme de vidéos baptisée Vessel (en français : vaisseau).

Jason Kilar donne le ton en homepage de son nouveau site :
« Aujourd’hui, la plupart des créateurs et propriétaires de contenu mettent leur création sur le web gratuitement avec de la publicité dans l’espoir de  créer une entreprise durable. Cependant, ils ne gagnent souvent que quelques faibles dollars à un seul chiffre pour chaque millier de vues que leurs vidéos génèrent. A ce niveau de monétisation (ou même 5 fois ce niveau de monétisation), il est extrêmement difficile – voire impossible – pour la plupart des créateurs et propriétaires de contenu de réaliser leurs ambitions créatives et professionnelles si c’est la seule manière dont ils distribuent leur contenu. »

Suite à ce constat, Vessel a décidé de lancer une offre freemium, c’est-à-dire d’un côté une version gratuite financée par la publicité (comme YouTube), et de l’autre une version version à 2,99$ par mois où les abonnés pourront profiter pendant 3 jours de vidéos exclusives avant qu’elles ne soient partagées sur YouTube (la période d’exclusivité pourra être prolongée par les créateurs de vidéos aussi longtemps qu’ils le souhaitent.)

De plus, Vessel propose de partager 60% du revenu des abonnements pour les programmes exclusifs, et 70% des recettes de la publicité pour les contenus gratuits, alors que son concurrent principal n’en offre que 55%. En effet, le créateur de Vessel estime que, pendant la période de lancement, les youtubeurs pourront gagner 50$ pour 1000 vidéos vues (soit 20 fois plus que lorsque les contenus sont gratuits et financés par la publicité.)

Tout ceci à conditions, bien sûr que l’audience soit rapidement au rendez-vous et de recruter quelques millions d’abonnés. Mais la concurrence est rude : déjà plus d’un milliard de visiteurs par mois sur YouTube, et des milliards de vidéos échangées sur Facebook tous les jours.

 

Avec ce nouveau modèle économique des plateformes de vidéos, Vessel entend donc attirer les YouTubers stars pour faire connaitre son projet ! Machinima, Tastemade, DanceOn, Rhett & Link, Shaw Dawson, Marcus Butler, Caspar Lee et Ingrid Nilsen … Jason Kilar a convaincu des Youtubers stars de lui donner une exclusivité de 3 jours, lors de sa première levée de fond de 75 millions de dollars.

Du côté du « gratuit » , Vessel diffusera les contenus vidéos de Funny or Die, Buzzfeed, TED, Major League Soccer et The New York Times, et sera partenaire de A+E Networks et Warner Music Group.

 

images0.vessel-static.com

Alors, Jason Kilar réussira t-il à le relever le défi qu’il s’est lancé ?
Il reconnait volontier que « ce ne sera pas facile et que cela ne se fera pas du jour au lendemain », mais selon l’intéressé, les fans des Youtubers et des MCN sont prêts à payer pour obtenir ne serait ce que 3 jours de vidéos en exclusivité, avant que ces contenus ne se retrouvent sur d’autres plateformes.

Difficile de prédir l’avenir, d’autant plus que les créateurs de vidéos seront les seuls maîtres du destin de Vessel, mais soulignons le fait que Vessel est un des rares concurrents des géants YouTube et Facebook à lancer une nouvelle offre avec un modèle gratuit/payant sur le marché de la VOD.

 

Source

YouTube : créez une URL personnalisée pour votre chaîne

Google a annoncé la possibilité pour les créateurs YouTube de personnaliser l’URL de leur chaîne. Auparavant basée sur votre pseudo ou votre vraie identité Google, l’URL de votre chaîne YouTube peut désormais être modifiée.

 

YouTube a révélé ces derniers jours une nouvelle fonctionnalité pour ses utilisateurs : la possibilité de personnaliser l’URL de votre chaîne.
Lors de votre inscription à YouTube, l’URL de votre chaîne était basée sur le choix de votre pseudo. Puis ensuite Google a obligé ses utilisateurs à utiliser leur vraie identité, et ainsi relié par défaut à votre nom d’utilisateur. Cette rigidité dans l’affectation de l’URL embarrassait de nombreux utilisateurs qui avaient choisi leur pseudo il y a longtemps et souhaitaient en changer, ou bien des entreprises qui avaient évolué (en changeant radicalement d’activité par exemple) et qui ne pouvait pas changer de nom.

Laura Rapin, spécialiste de produits de Google, explique parfaitement le cas de figure d’un utilisateur :

« Quand Tati rejoint YouTube, son nom d’utilisateur était GlamLifeGuru, et l’URL de sa chaîne était très logiquement : youtube.com/GlamLifeGuru. Mais comme sa chaîne a grandi, ses fans ne savaient pas que « Tati » était le nom de sa marque. Donc, l’adresse de sa chaîne YouTube – souvent le moyen le plus rapide pour ses fans de regarder plus de contenus – correspond simplement à son nom d’utilisateur mais pas à sa marque. » (source)

Pour bénéficier d’une URL personnalisée de chaîne, votre compte doit respecter les critères suivants :

  • Avoir plus de 500 abonnés.
  • 30 jours d’ancienneté
  • L’icône de la chaîne correspond à une photo.
  • La chaîne dispose d’une illustration de chaîne.
  • Ou bien vous avez validé votre page Web officielle et que vous l’avez associée à votre chaîne ou votre page Google+.

Pour choisir votre URL, vous pouvez utiliser votre nom à afficher, votre nom d’utilisateur YouTube, une URL personnalisée dont vous disposez déjà, ou le nom de votre site Web associé. Pour que votre URL soit unique, vous devrez peut-être la personnaliser en ajoutant des lettres et des chiffres. Une fois créée, vous ne pouvez plus changer votre URL personnalisée, finalisez-la seulement quand vous êtes sûr de votre choix.
En ce qui concerne les comptes de moins de 500 abonnées, YouTube ne précise pas si n’importe quel utilisateur pourra y avoir droit à l’avenir.

YouTube-Personnalisee

Une fois que vous êtes en droit d’obtenir une URL personnalisée, une notification vous sera envoyée par e-mail. Elle s’affichera également dans votre tableau de bord Creator Studio. Retrouvez toutes les instructions pour personnaliser votre chaîne YouTube ici.

Tour d’horizon des médias sociaux en 2014

Avec 2,5 milliards d’internautes à travers le monde, dont 1,9 milliard d’inscrits sur les réseaux sociaux, les médias sociaux sont omniprésents dans nos vies. Nous sommes de plus en plus de français connectés : 68% des habitants sont inscrits sur les réseaux sociaux. Les sites web sont reliés à une palette de réseaux sociaux, et on trouve sur ces réseaux sociaux tous les contenus des plus grands sites web.

 

Après la suprématie des tablettes sur les PC en 2013 sur le territoire français (6 millions de tablettes contre 5 millions d’ordinateurs), 2014 est l’année des terminaux mobiles. L’internet mobile a été introduit auprès du grand public au début des années 2000 avec un succès très mitigé, mais l’arrivée de l’iphone a complètement chamboulé le marché et nos habitudes de consommation de l’internet mobile. Contrairement aux tablettes, les smartphones ne remplaceront jamais les ordinateurs, ils prennent cependant une place de plus en plus importante dans nos vies. À noter que 48% des Français utilisent plus de 3 écrans au quotidien, les smartphones sont le premier.

Dans son panorama des médias sociaux 2014, Fred Cavazza scinde les médias sociaux en trois groupes.

Panorama des médias sociaux 2014 par Fred Cavazza
Panorama des médias sociaux 2014 par Fred Cavazza

Les réseaux-sociaux dominant :

  • Facebook : le réseaux le plus important, 1,23 milliard d’utilisateurs actifs mensuels (28 millions en France), mais aussi celui de référence. La domination de facebook sur les autres réseaux sociaux lui permettent d’imposer ses propres règles.
  • Twitter : quatre fois plus petit que facebook en terme d’audience mais qui se transforme et évolue vite : 320 000 nouveaux comptes créés chaque minute.Cette plateforme sociale est la préférée des personnalités (hommes et femmes politiques, journalistes, artistes, sportifs…), ce qui lui donne une très forte résonance. Justin Bieber est l’utilisateur le plus suivi avec plus de 38 millions de followers. Le tweet le plus retweeté était celui de Barack Obama avec plus de 800 000 RT, et favorisé plus de 300 000 fois.
  • Google+ : bénéficie de l’audience des comptes Google. Ceux qui le dédaignent, devraient prendre le temps de s’y intéresser dans les mois à venir pour éviter de prendre le train en marche. Ouvert en septembre 2011, la plateforme compte plus de 500 millions inscrits, donc 359 millions d’utilisateurs actifs.

Six applications mobiles dominantes qui concurrencent  désormais ces 3 géants, et ont réussi à convertir des centaines de millions d’utilisateurs (plus de 500 M pour WhatsApp, WeChat et Line) en quelques années : WhatsApp, SnapChat, Tango (les applications nord-américaines) WeChat, Line et KakaoTalk (applications asiatiques.)

Puis un vaste écosystème de services et applications mobiles que l’on peut classer en fonction de leur usage :

  • La publication avec les plateformes de blog (WordPress, Blogger…), les wikis (Wikipedia) et les services intermédiaires comme Tumblr ;
  • Les services de partage de photos, vidéos, musique… (Flickr, Pinterest, YouTube, Deezer, SoundCloud…), et les applications mobiles (Instagram, Vine…)
  • La discussion avec les plateformes conversationnelles (Quora, Reddit, Disqus, Skype…) et les applications mobiles de communication (Facebook Messenger, BlackBerry Messenger, Kik,  Pheed, Viber,  …)
  • Le réseautage avec les réseaux sociaux grand public (Tagged, Nextdoor…)
  • Les services de rencontre (Badoo, OKcupid…), les applications de rencontre (Tinder, Skout),
  • Les réseaux sociaux BtoB (LinkedIn, Viadeo).

Dans la partie immergée de l’iceberg (en gris clair sur le schéma) on retrouve les grands groupes très actifs qui investissent et rachètent.

Quelles plateformes utiliser ?

  • Rassurez-vous, vous n’utiliserez pas tous ces médias sociaux.
  • Il vous faudra tout d’abord clarifier votre démarche communicante, et déterminer quels seront les médias sociaux stratégiques pour votre activité.
  • Communiquer différemment sur chaque de ces réseaux, pas de copier/coller, les utilisateurs sont différents de réseaux en réseaux.
  • Ne partez pas à la course aux followers, privilégiez les conversations de qualité  et construisez votre audience grâce à des thèmes où vous êtes légitimes.
  • Etablissez un plan d’action et tenez vous-y, ne cherchez pas à suivre le rythme de l’innovation ou à rattraper votre retard.

La tendance s’inverserait-elle ?

Un léger désamour des français pour les réseaux sociaux pointait son nez en 2013 dans un rapport de l’Ifop : ils étaient 44% à partager moins d’informations sur leur vie personnelle (photos, vidéos, humeurs, commentaires, statut, etc.) contre 10% seulement confiant en partager plus. 60% étaient motivés par la crainte de l’exploitation des données personnelles.

En 2014, la tendance se confirme : 38% des interrogés envisagent de déserter certains réseaux sociaux et 6% comptent les abandonner complètement. Il est donc tout à fait possible que le nombre d’inscrits sur les réseaux sociaux n’augmente plus, du moins plus de manière aussi significative que la période faste 2008-2013.

 

Dans les prochaines années, c’est l’Internet des objets qui devrait s’imposer. D’ici 2020, on estime que 80 milliards d’objets connectés seront en circulation. En marge de ces évolutions, certains outils font de la résistance : 3 millions d’emails sont envoyés à travers le monde chaque seconde !