La French Tech renouvelle et agrandit son ecosystème

Après 3 ans d’existence, la French Tech renouvelle et agrandit son réseau. Le label, crée en 2013 par Fleur Pellerin, structure et valorise les écosystèmes numériques français dans l’Hexagone et à l’étranger. C’est lors d’une cérémonie ce 25 juillet 2016 à Laval qu’Emmanuel Macron, ministre de l’Economie, et Axelle Lemaire, secrétaire d’État au numérique, ont dévoilé 13 labels Métropoles French Tech ainsi que 9 réseaux thématiques regroupant des acteurs par activité.

 

Le 27 novembre 2013, Fleur Pellerin, alors ministre déléguée chargée des petites et moyennes entreprises, de l’innovation et de l’économie numérique, lançait l’initiative French Tech, précédemment connue sous le nom de « Quartiers numériques ».
Cette initiative, visant à structurer et valoriser en France et à l’international les écosystèmes numériques français, favorise la croissance des entreprises numériques et les aider à devenir des champions internationaux.

Un an plus tard, la secrétaire d’État au numérique, Axelle Lemaire, accordait le label French Tech à neuf villes parmi les plus dynamiques et investies dans le numérique et le high-tech en France (Aix-Marseille, Bordeaux, Grenoble, Lille, Lyon, Nantes, Montpellier, Rennes et Toulouse.)

 

C’est cette fois-ci accompagnée du ministre de l’Economie, Emmanuel Macron, qu’Axelle Lemaire a confirmé 13 labels Métropoles French Tech lors d’une célébration à Laval, ce 25 juillet :

  • Aix-Marseille French Tech,
  • Bordeaux French Tech,
  • Digital Grenoble, Lille French Tech,
  • Lyon French Tech,
  • Montpellier French Tech,
  • Nantes Tech,
  • French Tech Rennes St-Malo,
  • French Tech Toulouse,
  • French Tech Brest+,
  • French Tech Côte d’Azur,
  • LORnTech,
  • Normandy French Tech.

frenchtech-villes-labelisees

Regroupant plus de la moitié des start-ups françaises et étant perçus comme le centre avéré de la French Tech, Paris et la région Île-de-France ne figurent pas dans ce classement.

En plus des 13 territoires labellisés, 9 réseaux thématiques regroupent des acteurs répartis également selon les grands axes d’activité du phénomène start-up dans l’Hexagone :

  1. #HealthTech : #BioTech  #MedTech #e-santé
  2. #IoT  #Manufacturing
  3. #EdTech #Entertainment
  4. #CleanTech #Mobility
  5. #FinTech
  6. #Security, #Privacy
  7. #Retail
  8. #FoodTech
  9. #Sports

Carte-réseau-thématique-French-Tech-Health

En marge de l’événement, certains créateurs de start-ups restent sceptiques sur l’intérêt du label. Guillaume Brincin, créateur de Realyz, une entreprise spécialisée dans la réalité virtuelle, s’exprime dans Ouest-France :

« Pour nous, c’est juste un énième dispositif. Une sorte de beau paquet cadeau. Mais un peu vide. À force d’être donné, il finit par être déprécié. »

14 meilleures entreprises high-tech où travailler en 2015

Glassdoor, le site spécialisé dans les avis des salariés sur les entreprises, a publié le classement des 50 meilleures entreprises où travailler en 2015 aux États-Unis et Royaume-Uni. Découvrez les 14 entreprises high-tech de ce classement.

 

Créé en 2008 aux États-Unis et lancé en octobre 2014 en France, Glassdoor recueille les avis de millions de salariés. Les internautes sont invités à noter leur propre entreprise, et leurs données sont ensuite mises à disposition gratuitement sur le site.

Un certain nombre de critères permet ainsi aux personnes en recherche d’emploi de mieux appréhender l’entreprise dans laquelle ils souhaitent postuler : le salaire auquel ils peuvent prétendre, les primes, l’évolution de carrière, le processus de recrutement, les questions posées en entretien, mais aussi quelques photos des locaux.

Glassdor publie chaque année le classement des 50 meilleures entreprises où il fait bon travailler aux Etats-Unis. Nous avons extrait de ce classement les 14 entreprises spécialisés dans l’high-tech où vous pourriez postuler en 2015.

 

1. Google (4.5/5)

google-hq

2. F5 Networks (4.3/5)
Équipements réseaux professionnels

3. Facebook (4.1/5)

facebook-hd

4. Qualcomm (4.1/5)
Entreprise spécialisée dans la conception et la mise en place de solutions télécommunications

5. Adobe (4.1/5)

6. MathWorks (4.1/5)
Premier éditeur de logiciels américain, spécialisé dans les logiciels de calcul mathématiques.

7. Apple (4/5)

apple-hq

8. Linkedin (4/5)

linkedin-hq

9. Zillow (3.9/5)
Entreprise d’annonce immobilière

10. Mindbody (3.9/5)
Logiciels de réservation en ligne et planification

11. Nvidia (3.9/5)
Un des plus grands fournisseurs de processeurs graphiques, de cartes graphiques et de chipsets pour PC et consoles de jeux.

nvidia-hq

12. Orbitz Worldwide (3,9/5)
Service de voyage

13. Interactive Intelligence (3,9/5)
Commercialisation de logiciel de centre d’appels.

14. Genesys (3,9/5)
Entreprise qui vend de la technologie de l’expérience client et du centre d’appels aux moyennes et grandes entreprises.

 

 

Classement des 50 meilleures entreprises où travailler en 2015 (États-Unis et Royaume-Uni)

glassdoor-50

Les 50 start-ups qui recrutent

En pleine croissance et innovantes, les start-ups recrutent de nouveaux talents, notamment dans le web ! Capital.fr a mené son enquête auprès d’une centaine de start-ups de moins de dix ans et à forte croissance pour connaître en détail le nombre de postes à pourvoir et les profils recherchés dans chaque entreprise.

 

« Tous nos clients cherchent à recruter pour faire face à l’envolée de leur activité, or ils ont du mal tant la demande est forte. » confie Jacques Froissant, du cabinet de recrutement Altaïde, spécialisé dans l’high-tech, au magazine Capital. En effet, ces entreprises cherchent à renforcer leurs équipes pour assurer leur développement.
De leurs côtés, les jeunes candidats répondent présents également : ils sont de plus en plus méfiants envers « les pesanteurs hiérarchiques et les carrières trop balisées des multinationales », nous dit le magazine. Les jeunes diplômés souhaitent désormais travailler dans de petites sociétés innovantes et souvent tournées vers l’international. Côme Fouques, jeune diplômé de l’Esssec et aujourd’hui employé par Adways confirme : «J’y ai plus de liberté et de responsabilités, sans parler de l’ambiance plus fun…»

Alors où se trouvent les postes les plus recherchés ?

Capital livre ainsi une première liste de 50 entreprises prêtent à embaucher près de 2 500 personnes l’année prochaine. Pour mener son enquête, Capital s’est basé sur les critères suivants : des sociétés de moins de dix ans à forte croissance, proposant un produit ou un service innovant et restées indépendantes. C’est pourquoi vous pourrez trouver des start-ups de tailles petites ou moyennes aux côtés de grandes entreprises comme showroomprive.com.
Les métiers du web sont les plus recherchés (développeurs Web et mobile, designers de sites…), mais les starts-ups auront également besoin de renforcer leurs équipes avec des profils plus commerciaux, marketing, ou encore le management d’équipe.

 

Vous recherchez un emploi dans le web ou l’IT ? Consultez nos offres d’emploi sur LesJeudis.com

offres-d-emploi-start-up