Diffuser un Social Wall pendant vos événements grâce à LiveTweetApp

Lors du dernier Salon LesJeudis.com, nous avons eu l’occasion de tester l’application de social wall LiveTweetApp. Cet outil en ligne vous permet de chercher, modérer et afficher joliment des tweets sur vos écrans durant un événement. Simple d’utilisation et abordable, découvrez le fonctionnement de LiveTweetApp.

 

Pourquoi utiliser un outil de Social Wall ?

L’utilisation d’un social wall favorise ainsi les interactions sociales lors de vos événements (conférences, salons, télévisions, concerts …) Il permet de donner de l’écho aux messages publiés sur les réseaux sociaux durant un événement, et de créer une passerelle entre les personnes présentes à votre événement et celles présentes derrière leurs écrans.
Vous dynamisez ainsi votre événement grâce à Twitter, favorisez l’interaction, partagez l’information et poussez à la discussion.

 

Comment fonctionne LiveTweetApp ?

Vous devez tout d’abord configurer votre mur et choisir dans un back-office les sujets des tweets qui vous seront proposés. Vous pouvez recherche par hashtag, mot-clé, phrase ou @nom d’utilisateurs.

D’autres options vous permettent d’inclure ou non les retweets, choisir un mode de layout (tweet publié un par un, tous côte à côte, ou de haut en bas), et si le mur fait une boucle aléatoire parmi les tweets précédents en attendant de nouveaux tweets acceptés/publiés ou non.

Un onglet « modérez » vous permet ensuite de choisir les tweets qui seront affichés sur votre mur ou bien de les exclure.

Enfin, avec la version payante, vous pourrez personnaliser votre Twitter Wall : couleurs et textes, le texte du leader, ajouter votre logo et ceux de vos sponsors, mais aussi afficher les photos des tweets, afficher ou non le logo liveTweetApp, le format de la date, ainsi que le temps de rotations des tweets.

La version payante n’est pas excessive et vous pouvez choisir de l’utiliser entre 1 7 jours ou pour 1 mois. Les prix varient de 40$ la journée à 999$ pour un mois entier.

Le pack pro payant vous permet surtout de personnaliser votre mur (image de fond, couleurs, votre logo, logo des sponsors), d’afficher les photos postées avec les tweets, de choisir parmi les modes d’affichages (live, poster, timeline) et vous permet une modération illimitée.

Enfin, pour lancer votre social wall, LiveTweetApp vous fournit une URL unique et qui ne changera pas, que vous pourrez ainsi afficher votre social wall sur autant d’écrans que vous souhaitez !

livetweetapp.com

 

livetweetapp-salonlesjeudis

Comment répondre à un message négatif sur les réseaux sociaux ?

Que vous soyez un utilisateur chevronné des réseaux sociaux ou non, l’animation d’une communauté et la modération des commentaires sont des enjeux tout à fait différent. Lorsqu’un community manager tweet ou engage la conversation avec un consommateur au nom d’une marque ou d’une société, il doit respecter certaines règles de community management, notamment la façon dont il répond aux commentaires négatifs. Effacer ? Répondre ? Ignorer ? Découvrez cette infographie qui vous guidera à travers les étapes de la gestion des commentaires négatifs.

 

1. Analysez le message reçu

Lisez attentivement le message reçu, quel est le fond du problème ? Quelle solution pouvez-vous apporter à l’utilisateur ?

2. Faites une capture d’écran

Conserver une trace du message en faisant une capture d’écran. Cette capture d’écran vous permettra de partager le problème avec un collègue, ou bien de garder la trace d’un échange pour mieux l’appréhender et y répondre si le cas se représente.

3. N’effacez pas le message

Les règles d’une bonne gestion de communauté se veulent d’être transparent avec les utilisateurs et consommateurs. Supprimer le message pourrait signifier que la marque à quelque chose à cacher à sa communauté.
Certains messages grossiers, discriminants ou racistes, peuvent être effacés. Faites appel à votre bon sens, et référez-vous à la charte éditoriale mise en place sur les réseaux sociaux par la marque pour savoir si le message doit être effacé ou non.

4. Soyez réactif

Le contre-la-montre se joue à cette étape ! Ne traînez pas pour répondre à l’internaute. Les utilisateurs des réseaux sociaux attendent une réponse dans l’heure.
Si vous nécessitez davantage de temps pour en référer à autre département et estimez que la réponse peut tarder à venir, informez tout d’abord l’utilisateur que vous avis pris en considération sa demande, qu’elle va être traitée par un autre département, et que vous revenez vers lui dans les plus brefs délais.

5. Gardez le smile

Faites tout d’abord un brouillon de votre réponse, ailleurs que sur le réseau social pour éviter une mauvaise manip’ en appuyant sur « Envoyer » !
Rappelez-vous les bases d’une bonne relation client. Votre réponse sera jugée non seulement par la personne à laquelle vous répondez, mais aussi par tous vos followers.
Relisez plusieurs fois la réponse, faites la relire par une tierce personne si vous n’êtes pas sûr. Enfin, demandez-vous si vous seriez à l’aise de donner cette réponse en face à face au consommateur.

6. Publiez votre message

Envoyez votre réponse en fournissant si possible des excuses et une solution. Saisissez l’opportunité de transformer votre consommateur mécontent en un évangéliste de la marque.

 

Pour aller plus loin, découvrez quelques conseils pour tenter de neutraliser les trolls sur les réseaux sociaux.

 

messagenegatif-reseauxsociaux

Social media : comment mesurer l’impact de votre page Facebook ?

86% des entreprises sont aujourd’hui présentes sur les réseaux sociaux (soit de fois plus qu’il y a trois ans). Être présent sur Facebook est déjà un bon début, mais mettre en place une stratégie et surtout pouvoir mesurer l’impact de la stratégie social media de votre entreprise c’est mieux ! Nous allons donc voir quels sont les indicateurs clés de performance (KPI, Key Performance Indicators) qu’il est important de connaître et prendre en compte pour mesurer l’impact de votre entreprise sur Facebook.

 

Les statistiques Facebook offrent de nombreuses clés pour analyser et comprendre l’impact de votre stratégie. Allez jeter un oeil dans la partie « statistiques » de votre page et promenez-vous dans les différentes sections : Mentions J’aime, Portée, Visites, Publications, Vidéos et Personnes.
Vous pouvez également exporter les données sur une période donnée pour pouvoir les analyser depuis un tableau Excel (beaucoup plus pratique pour faire vos calculs.)

 

VOS FANS

 

1. Les personnes qui aiment votre page

Tout d’abord, il est important d’avoir un aperçu global du profil de votre communauté. Mettez en évidence le pourcentage d’hommes et de femmes, la tranche d’âge majoritaire dans votre communauté, ainsi que le pays / le langage, et si cela est utile dans votre rapport, le top 3 ou top 5 des villes où vos fans sont les plus présents.

Chemin d’accès : Votre page > Statistiques > Personnes > Vos fans

 

2. Le nombre total de « j’aime »

Relevez également chaque fin de mois, par exemple, le total des mentions J’aime une Page pour comparer votre performance moyenne sur l’année.

Chemin d’accès sur Facebook : Votre page > Statistiques > Mentions J’aime > Total des mentions J’aime une Page aujourd’hui
Exporter des données sur Facebook : Données de la page > Onglet 1 > Colonne B « Lifetime Total Likes »

 

3. Les nouveaux « j’aime »

Additionnez le total des nouveaux « j’aime » sur une période donnée et rapprochez les jours où il y a eu le plus de likes du calendrier de vos publications pour vérifier si certaines publications ont mieux fonctionné que d’autres et si elles ont pu vous apporter davantage de mentions j’aime organiques.
Vous pouvez également obtenir le nombre de nouvelles mentions j’aime payées à la suite d’une campagne.

Chemin d’accès : Votre page > Statistiques > Mentions J’aime > Mentions J’aime nettes
Exporter des données sur Facebook : Données de la page > Onglet 1 > Colonne C « Daily New Likes » > Faire la somme

 

4. Le total de « je n’aime plus »

Comme pour les mentions j’aime, additionnez le total des « je n’aime plus » sur une période donnée et mettez en exergue les jours où il y a eu le moins d’interactions sur vos publications pour vérifier si certaines publications n’ont pas sous-performées.

Chemin d’accès : Votre page > Statistiques > Mentions J’aime > Mentions J’aime nettes
Exporter des données sur Facebook : Données de la page > Onglet 1 > Colonne D « Daily Unlikes » > Faire la somme

 

5. Le taux de désabonnement

Prenez la somme des « likes » et la somme des « unlikes » sur une même période puis diviserz la somme des « unlikes » par la somme des « likes » pour obtenir un taux de désabonnement indicatif.

 

L’ENGAGEMENT

 

1. La portée / Reach

La portée, en anglais « reach », est le premier indicateur clé qu’il faut vérifier et surveiller. La portée est le nombre de personnes à qui votre publication a été diffusée. Il faut savoir que Facebook bride naturellement votre portée, et n’affiche pas le contenu de vos publications à tous vos abonnés. Pour que vos contenus soient diffusés à vos abonnés et plus, il vous faudra payer et acheter de la publicité.
Chaque mois, vérifier la moyenne de votre portée et calculez si elle est supérieure ou inférieure pour chacun de vos posts afin de vous donner un indicateur de performance.

Chemin d’accès : Votre page > Portée > Portées des publications
Exporter des données sur Facebook : Données de publication > Onglet 1 > Colonne H « Lifetime Post Total Reach »  > Faire la moyenne

 

2. Les impressions

Facebook définit l’impression comme la valeur brute du nombre de fois où votre actualité a été vue sur votre mur et dans les actualités de vos fans et aussi non fans. Cela signifie que si un fan voit apparaître à plusieurs reprises votre publication dans son fil d’actualité, toutes ces fois seront comptabilisées dans les impressions.
Faites la somme de toutes les impressions chaque mois et comparez les de mois en mois (ou bien publication par publication) pour savoir quelle publication a été la plus vue, ou pour connaître le mois le plus performant en terme d’impressions.

Exporter des données sur Facebook : Données de publication > Onglet 1 > Colonne K « Lifetime Post Total Impressions »  > Faire la somme

 

3. Les feedbacks

Les feedbacks sont tout simplement la somme des mentions j’aime (like), commentaires (comment) et partages (share) sur une publication. Ne vous arrêtez-pas aux chiffres donnés par Facebook, et lisez les commentaires pour savoir s’ils sont positifs ou négatifs. Cela vous aidera à connaître la tonalité de votre post.

Chemin d’accès : Votre page > Portée > Mentions J’aime, commentaires et partages
Exporter des données sur Facebook : Données de publication > Onglet 3 > Colonne I, J et K : comment, like et share > Faire la somme

 

4. Les utilisateurs engagés

Les utilisateurs engagés (engager users) sont la somme des personnes qui ont cliqué n’importe où dans votre publication, que ce soit un commentaire, like, partage, ou bien un clic sur la publication, dans sur un lien… il s’agit d’un utilisateur qui a créée une interaction.
Ce chiffre est plus élevé que les feedbacks et permet de voir combien de personnes ont vraiment interagit avec la publication.

Exporter des données sur Facebook : Données de publication > Onglet 1 > Colonne N « Lifetime Engaged Users »  > Faire la moyenne

 

5. Le taux d’engagement

Pour connaître plus précisément le taux d’engagement d’une publication ou bien de votre page en général (sur tous vos posts) il faut diviser le nombre d’utilisateurs engagés par la portée moyenne sur un temps donné.
Vous pouvez également mesurer le taux d’engagement pour chaque post, ou bien sur un mois et les comparer ainsi mois après mois.

 

Seulement 0,6% des internautes utilisent les boutons de partage social

Vous les avez vus fleurir sur quasiment tous les sites internet et mobile au moment de l’avènement des réseaux sociaux… Nous parlons bien entendu des boutons de partage. Afin d’inciter l’internaute à partager un contenu dès qu’il l’a lu, regardé ou écouté (voire même avant!), ces boutons de partage sont disséminés aux quatre coins des sites internet. Mais sont-ils vraiment efficaces, notamment sur mobile ? Découvrez les conclusions de l’étude réalisée par Moovweb sur 61 millions de sessions mobiles.

 

Afin de persuader les mobinautes de partager du contenu sur Facebook, Twitter, Pinterest et autres plateformes, de nombreux sites dédient une partie de l’écran mobile à ces boutons. En effet au premier abord, cela peut paraître être une bonne idée tant l’usage d’internet sur le mobile est puissant : 60% des réseaux sociaux sont consommés sur mobile. De plus, 64% du trafic de Pinterest est réalisé sur mobile, et Facebook comptabilise plus de 500 millions de connexions sur mobile.
Mais est-ce pour autant que les utilisateurs partagent, tweetent ou épinglent à partir des boutons de partage sur les sites mobiles ?

Moovweb, une plateforme de création de sites mobiles et applications, a étudié plus de 61 millions de sessions mobiles basés sur plus de 250 clients eCommerce. Les conclusions de leur étude montrent que seulement 0,2% des utilisateurs ont déjà cliqué sur un bouton de partage mobile.

Screen-Shot-2015-05-04-at-7.16.15-PM

Les utilisateurs cliquent 35% moins souvent sur les boutons de partage sur mobile que sur ordinateur. Les mobinautes sont 11,5 fois plus à même de cliquer sur une publicité que d’utiliser un bouton de partage.

Screen-Shot-2015-05-04-at-7.34.47-PM

Facebook reste le roi des partages

Cependant, les utilisateurs mobiles sont deux fois plus susceptibles de partager via Facebook que via Pinterest, en utilisant les boutons de partage social. Et les visiteurs mobiles sont trois fois plus susceptibles de partager via Facebook que sur Twitter. Dans l’ensemble, 1,32% des utilisateurs viennent de Facebook, alors qu’ils sont seulement 0,16% à venir de Pinterest et 0,04% de Twitter.

Screen-Shot-2015-05-04-at-7.03.27-PM

 

L’enfer de la connexion aux réseaux sociaux

Ces résultats reflètent la façon dont l’utilisation des médias sociaux sur le mobile a évolué: loin du web et vers des applications. Et ce n’est pas parce que les boutons de partages sont populaires depuis un ordinateur qu’ils le doivent l’être également sur mobile.

La plupart des utilisateurs mobiles accèdent aux réseaux sociaux via une application, ce qui signifie qu’ils ne sont pas connectés à leurs comptes sur les réseaux sociaux. Pinterest, par exemple, obtient 75% de son trafic depuis son application. Le cœur du problème de partage est que les utilisateurs doivent être enregistrés pour partager. Et si vous n’êtes pas connecté, le partage peut devenir un cauchemar !

 

Comment vérifier si votre nom ou marque est disponible sur les réseaux sociaux ?

Avant de vous lancer tous azimuts sur les réseaux sociaux, créer vos profils plateforme par plateforme et vous rendre compte au bout de la troisième qu’elle est déjà prise, il est préférable de vérifier au préalable si le nom de votre marque ou votre nom est disponible. Voici 5 outils pour vérifier si votre nom est disponible sur les réseaux sociaux.

 

En débarquant tout fraichement sur les réseaux sociaux en 2015 vous pourriez avoir quelques surprises. Comment faire lorsque votre nom ou la marque vous représentez est déjà utilisée par quelqu’un d’autre ?
Vous pouvez soit tenter de récupérer ces noms de domaines, mais les démarches peuvent être longues et fastidieuses (et ne pas forcément aboutir en votre faveur), soit vous vous décidez à utiliser un autre nom de domaine, proche du vôtre ou de celui de votre marque, en y ajoutant un chiffre, un pays ou autre dénominateur commun, et vérifier la disponibilité de ce dernier pour l’utiliser sur toutes vos présences en ligne et sociales.

Avec la démultiplication des plateformes, il est vraiment très important d’avoir un nom de domaine commun à toutes vos présences en ligne. Cela facilitera la compréhension de votre message en ne communiquant qu’un seul « nom de marque » et l’internaute vous retrouvera plus facilement.
Si vous devez annoncer toutes les plateformes sur lesquels se trouvent votre marque et le nom de domaine associé, cela rendra votre message incompréhensible.

Voici donc cinq outils très pratiques pour vous faire gagner du temps (et de la paperasse !) Ces outils vérifient un par un les nombreux réseaux sociaux existants en un seul clic :

 

namechk.com

namechk

 

namecheckr.com

namecheckr

 

namechecklist.com

namechecklist

 

checkusernames.com

checkusernames

 

knowem.com

knowem

 

 

Enjeux et objectifs du Brand Content

Submergés de messages publicitaires, notamment sur internet, les utilisateurs sont devenus hermétiques à toutes formes de publicité classique. Avec le tournant du digital et la multiplication des messages et des canaux, les marques ont ainsi du se renouveler rapidement, trouver de nouvelles façons de raconter leurs histoires, et enjoliver les contenus afin se différencier, intéresser et capter l’attention des utilisateurs. C’est le rôle du brand content, ou « le contenu de marque » en français. Zoom sur cette pratique marketing.

 

Qu’est ce que le brand content ?

Le brand content est le terme anglais qui désigne les contenus produits directement par une marque afin d’affirmer son image, démontrer son expertise, ou bien créer du trafic ou élargir son audience.
Il s’agit de contenus éditoriaux (conseils, articles pratiques, forums, reportages, …) généralement proposés sur Internet, mais qui peut également prendre la forme de contenus TV, magazines papier, vidéos, jeux, expositions, livres, etc.

Cette pratique permet de proposer à l’utilisateur des contenus de qualité, qui l’intéressent, et qui lui donnent envie de partager ou d’interagir avec la marque.

Du côté de la marque, elle remet l’utilisateur au centre de la stratégie sans entrer dans une démarche trop commerciale ou promotionnelle. Cela lui permet également d’entrer en interaction avec l’utilisateur, lui raconter une histoire (storytelling), le toucher en mettant en avant sa marque, ses produits ou services.

Internet, et notamment l’avènement des réseaux sociaux, a ainsi permis aux entreprises d’avoir un espace de création plus large. Les marques doivent désormais créer du contenu pour être visibles, de qualité pour être partagé par les utilisateurs, et innover pour se différencier des concurrents.

 

Pourquoi faire du brand content ?

Donner du sens : à une marque, une histoire, réelle ou inventée, c’est aussi légitimer l’achat.
Partager des valeurs : donner un point d’accès aux valeurs c’est humaniser la marque et fédérer une communauté.
Créer du lien : inciter à l’interaction, c’est prendre en compte l’utilisateur et bénéficier de son bouche à oreille.

 

Quels types de brand content ?

Un des enjeux premiers du brand content est d’enrichir l’utilisateur avec un contenu valable, de qualité, qui lui apportera de l’émotion et/ou des informations utiles.

Émotionnel : divertir, faire rire, pleurer, pour séduire, toucher et donner envie de partager.
Informatif : conseiller, informer, c’est se poser en expert bienveillant auprès de ses clients.
Pratique : fournir des informations pratiques, faire tomber les freins d’achat.

 

Quels contenus choisir ?

Le brand content peut servir à amplifier une campagne publicitaire, dynamiser l’image de la marque, établir une relation engageante et transparente avec les clients, optimiser le retour sur investissement, capter l’attention de l’utilisateur sans être trop commercial, et donc vendre différemment.

Storytelling : romancer l’histoire de la marque, sous forme de vidéo, de mini-site …
Storymarking : une personnalité célébre (sportif, artiste, musicien …) peut incarner la marque et partager ses valeurs
Live content : diffuser du contenu en temps réel, livestreaming lors d’un event, des photos : instantanéité et réactivité
Culture produit : contenu exclusivement axé produit, guides, tutoriels permet de rassurer sur le produit, ses bénéfices, de l’ancrer dans la réalité
User generated content : contenu généré par les utilisateurs permet de les impliquer, prendre en compte leurs critiques, les inciter à participer et partager.

 

Sur quels supports ?

Vidéos : 62% du trafic web sont des vidéos, et 36% des vidéos regardées sont des vidéos publicitaires. Entre 10 et 38% taux de clics sur une vidéo de démonstration pour 20% de transformation en acte d’achat … soit 96% de chances supplémentaires qu’une vidéo soit lue par rapport à un email.
Applications mobile
Web série
Livre blanc
Articles : dans un site internet ou magazines papiers
Outils services
Jeux
Événements (salon, concert, événement sportif, conférence, webinar)
Sponsoring

 

Découvrez l’infographie réalisée par Pages-film qui vous permettra d’y voir plus clair sur le brand content :

 

info-brand-content-copie

Quand publier sur les réseaux sociaux ?

Après s’être demandé « quoi publier ? », la seconde question que se pose régulièrement le community manager est « quand publier ? » Question à laquelle il faudrait apporter une réponse de normand : « ça dépend ». Comme vous le savez, les réseaux sociaux ne sont pas une science exacte, l’horaire et le jour de publication varient principalement en fonction de votre cible et de ses habitudes. Une infographie publiée par Quicksprout dessine malgré tout quelques tendances intéressantes pour savoir quand publier sur Facebook, Twitter, LinkedIn, Pinterest, Instagram et Google+.

 

FACEBOOK

– Les meilleurs jours pour publier sont le jeudi et vendredi
– 86% des posts sont publiés les jours de travail avec un pic d’engagement le jeudi et vendredi
– Le taux d’engagement chute de 3,5% pour les posts publiés entre lundi et mercredi
– Le meilleur horaire de publication s’avère être en début d’après-midi (13h et 15h), et il faut éviter de publier entre 19h et 9h.
Pour améliorer votre horaire et jour de partage, pensez à regarder les statistiques Facebook, elles vous indiquent en détail les pics de connexion de vos fans.

Moins les gens ont envie de travailler, plus ils trainent sur Facebook !

TWITTER

– Si vous souhaitez communiquer auprès des professionnels, il est préférable de poster pendant les jours de bureaux : du lundi au vendredi
– Si vous communiquer auprès du grand public, privilégiez le week-end (+17% pour les marques), et la fin de semaine du mercredi au vendredi.
– Le mercredi est la journée la plus propice aux échanges : +14% d’engagements par rapport aux week-ends.
– Sur Twitter, vous pouvez quasiment publier toute la journée, le matin sera plus un partage des actualités, alors que le soir sera réservé aux rendez-vous télévisuels et sportifs. Publiez à 12h et entre 17h et 18h pour plus d’engagement, pendant la pause déjeuner et les transports.

Selon des études Twitter, les utilisateurs sont plus enclin à utiliser le réseau social lorsqu’ils sont dans les transports (181%) et à l’école ou sur leur temps de travail (119%).

LINKEDIN

– En étant un réseau social dédié aux relations professionnelles, les meilleurs jours de publication sont bien évidemment en semaine, entre mardi et jeudi, et plus spécifiquement le mercredi.
– Le meilleur horaire est le matin, entre 7h et 11h selon les études.

PINTEREST

Ce réseau social dédié aux passions et loisirs est davantage utilisé sur notre temps de repos, soit le samedi, et plutôt en fin de journée entre 20h et 23h.
– Les meilleurs horaires pour épingler sont donc le samedi soir.

INSTAGRAM

– Instagram est clairement utilisé en dehors des horaires de bureau, souvent pour partager une activité (restaurant, voyage, concert, achats …). L’engagement reste constant tout au long de la semaine, avec un léger pic le lundi et une légère baisse le dimanche.

GOOGLE+

Les études sont moins précises concernant Google+, c’est peut-être pour cette raison que beaucoup de community managers et utilisateurs ont encore du mal à cerner ce réseau social.
– Les meilleurs jours pour publier sont en semaine, du lundi au vendredi.
– Google+ conseille de publier le mercredi à 9h, une autre étude confirme également le mercredi matin, mais plutôt en fin de matinée.

 

quand-publier-reseaux-sociaux

Pourquoi les utilisateurs se désabonnent-ils des marques sur les réseaux sociaux ?

Au cœur des stratégies digitales, les réseaux sociaux ont été pris d’assaut (parfois tout azimut) par les marques. Les occasions de prendre la parole ne manquent pas : besoin de se faire connaître, d’améliorer son image, de renouer le dialogue avec ses clients, ou bien d’informer… Mais toutes ces démarches sont-elles payantes ? Fractal & Buzzstream ont interrogé 900 utilisateurs des réseaux sociaux afin de déterminer pourquoi ils se désabonnaient des marques, et quels sont les comportements à risque pour les entreprises. Les résultats en infographie.

 

21% des participants au sondage déclarent se désabonner des marques sur les réseaux sociaux car celles-ci publient du contenu trop répétitif ou ennuyeux. Pour 19% d’entre eux, si une marque publie trop de contenus sur Facebook, soit plus de six fois par jour, ils se désabonnent également. Les autres causes qui poussent les utilisateurs à ne plus suivre une marque sont un contenu sans rapport avec la marque, ou bien une manière trop agressive de s’exprimer.

Un fil d’actualités bondé peut également amener l’internaute à se désengager par « social hygiene », pour son bien-être et sa survie sur les réseaux sociaux en quelque sorte ! Quand les marques ne répondent pas aux besoins des consommateurs, ce sont souvent les premières pages desquelles ils se désabonnent.

En ce qui concerne les désinscriptions des campagnes d’emailings, les raisons sont similaires :
– 24% des désabonnements sont dus à des messages répétitifs ou ennuyeux,
– 28% souhaitent désencombrer leurs boîtes de réception,
– 33% résilient leurs abonnements aux newsletters car ils estiment en recevoir trop souvent.

Mise à part une légère diminution du nombre de fans, la plupart de ces « unfollows » passent malheureusement inaperçus pour les marques :
– Près de 60% des utilisateurs de Twitter et Facebook disent se désabonner des marques « en toute discrétion »,
– moins de 20% d’entre eux cachent les messages,
– 10% conseillent à leurs amis de se désabonner également,
– et 10% publieront un statut pour notifier ce désengagement.

Enfin, l’infographie révèle ce que les consommateurs aimeraient voir dans leurs fils d’actualités, ainsi que leurs types de contenus favoris.
La plupart utilisateurs souhaitent que les marques publient des contenus nouveaux, s’intéressent à eux en créant de l’engagement, et soient plus constants dans les publications.
En tête des contenus favoris on trouve les images (22%), les vidéos et les avis de consommateurs (15%), puis de l’actualité de la marque (14%) et de l’information exclusive (13%).

 

t6OSh0Q

Taille des images sur les réseaux sociaux – Guide 2015

Quelle est la taille d’une photo de profil sur Facebook ou TumblR ? De quelles dimensions doit-être ma couverture Twitter ? Comment va apparaître mon image sur Pinterest, Google ou encore Instagram ? Comment optimiser mes publications sur LinkedIn ou Youtube ? Autant de questions auxquelles l’infographie de SetUpaBlogToday.com a répondu en image ! Voici les dimensions les plus importantes à retenir.

 

Twitter

– Header photo : 1500×500 px
– Photo de profil : 400 x 400 px
– In-stream photo (dans le fil d’actualité) : 440 x 220 px

Facebook

– Photo de profil : 180 x 180 px
– Photo de couverture : 851 x 315 px
– Image partagée : 1200 x 900 px
– Image associé à un lien : 1200 x 627 px
– Highlighted Image (événement marquant) : 1200 x 717 px

Google+

– Photo de profil : 250 x 250 px
– Image partagée : 497 x 373 px
– Photo de couverture : 1088 x 608 px
– Image associée à un lien : 150 x 150 px

Instagram

– Photo de profil : 110 x 110 px
– Aperçu (thumbnails) : 161 x 161 px
– Photo : 640 x 640 px

Pinterest

– Photo de profil : 165 x 165 px
– Photo de couverture de planche : 222 x 150 px
– Pin : 236px de largueur

Tumblr

– Photo de profil : 128 x 128 px
– Publication photo : 570 x 750 px

Youtube

– Couverture de chaîne : 2560 x 1140 px
– Taille d’une vidéo : 1280 x 760 px

Linkedin

– Logo : 100 x 60 px
– Photo de couverture : 974 x 300 px
– Bannière image : 646 x 220 px

 

social-media-image-size-cheat-sheet-2015_54af07949f49a_w1500

6 leviers pour augmenter votre audience sur Instagram

Si vous n’avez pas encore adopté Instagram, il est peut-être temps de revoir vos priorités pour 2015 ! Avec plus de 300 millions d’abonnés, le réseaux social de photos a dépassé le nombre d’utilisateurs de Twitter à mi-2014. Sachez également que 46% des utilisateurs d’Instagram suivent des marques et que ce ne sont pas moins de 70 millions de photos publiées chaque jour ! (Source). Voyons, en seulement 5 minutes par jour (allez, 15 minutes maximum !) comment doubler votre audience sur Instagram grâce à cette infographie de WhoIsHostingThis.

 

Voici 6 leviers pour engager vos followers sur Instagram et augmenter votre audience :

 

1. Organiser un jeu concours

Demandez à vos abonnés de participer à un jeu concours (avec bien évidemment un cadeau ou une gratification à la clé) en uploadant des photos sur un thème précis + #hashtag + @votrenom, ou bien en repostant votre photo à leurs abonnés grâce à une application de « regram ». Votre marque sera ainsi visible depuis les comptes de vos abonnés et vous augmentez considérablement vos chances que de nouvelles personnes vous suivent.

2. Interagissez avec vos abonnés

Un élément clé de votre stratégie sur ce réseau social est la construction de mécanique d’engagement avec votre communauté. Par exemple, vous pouvez liker tous les contenus ayant été postés avec votre hashtag, laisser un commentaire, ou encore remercier cette personne pour son engagement. La tâche peut, certes, paraître fastidieuse mais porte ses fruits ! Pour liker et retrouver plus facilement les mots-clés connexes au vôtre, utilisez le site Iconosquare.

3. Utilisez les bons hashtags, la clé du succès

Trouvez les bons mots clés se rapportant à votre photo, n’en n’abusez pas, mais vous pouvez ajouter entre 5 et 10 hashtags en rapport avec le thème de votre photo ou en relation avec votre marque.

4. Ne spammez pas vos abonnés

Soyez régulier dans vos publications mais n’ennuyez pas vos abonnés en postant trop de photos à la suite. Si vous souhaitez publier plusieurs photos, combinez-les grâce à des applications comme Instapicframe.

5. Surveillez les sujets populaires et les tendances sur Instagram

Vous pouvez également attirer de nouveaux abonnés en cherchant un thème, une tendance ou un hashtag populaire et vous joindre à la conversation en publiant quelques photos. De plus, événementialisez et animez votre compte en promouvant un hashtag spécial pour un événement.

6. Faites la promotion de votre compte Instagram

Liez votre compte avec votre compte Facebook : faisant partie du même groupe, Facebook a tendance à privilégier les photos provenant d’Instagram. Sur Twitter, il est préférable de publier directement la photo que de passer par Instagram, Twitter n’offrant pas prévisualisation.

 

Instagram Followers1