Quelles opportunités d’emploi dans les métiers du numérique ?

La demande de spécialistes du numérique ne cesse de croître ces dernières années, les offres d’emploi ne manquent pas, mais les recruteurs font souvent face à une pénurie de talents. Avec l’avènement du tout digital, différents profils sont recherchés : développeurs web ou mobile, graphistes, UX/UI designers, rédacteurs, community managers, experts SEO ou marketing. Pour comprendre le secteur du numérique aujourd’hui et quelles sont les perspectives, Pôle Emploi a réalisé une infographie « Les Métiers du Numérique : quelles opportunités d’emploi ? ». A découvrir ci-dessous.

 

Près de 700 000 salariés dans le numérique aujourd’hui

En 2015, le secteur du numérique représentait 689 925 salariés répartis dans 36 513 établissements. Les secteurs qui recrutent le plus de professionnels du numérique sont l’informatique (à 46%), les télécommunications (19%) et l’édition de logiciels (14%).

Portrait robot d’un salarié du numérique

L’employé modèle du numérique est un homme (à 70%), plutôt jeune, 40 ans en moyenne, en CDI et qui travaille dans Île-de-France dans une TPE du secteur informatique.

Les activités qui recrutent le plus

En 2015, 55 300 offres ont été enregistrées par Pôle Emploi. Parmi les activités qui ont le plus recruté en 2015, on retrouve beaucoup d’offres d’emploi liées au développement informatique, à la maintenance informatique et bureautique ainsi qu’aux relations commerciales.

Quelles perspectives d’emploi ?

L’infographie de Pôle Emploi fait l’état des lieux sur les embauches dans le secteur du numérique en 2015. Une hausse de 10% est à prévoir, c’est 3 fois plus que dans les autres secteurs d’emploi.
Ce n’est pas tout, le numérique va continuer à fortement augmenter ces prochaines années car il existe 55 000 projets de recrutement en 2016 et 191 000 postes seront à pourvoir d’ici à 2022.
Enfin, Pôle Emploi dévoile le top 3 des métiers les plus recherchés en 2016 :
1. Data scientist
2. Traffic manager
3. Chef de produit web et mobile

 

Retrouvez toutes les offres d’emploi sur lesjeudis.com

pe-metiers-du-numeriques-infog-v11708

 

MakerSlate : CV en ligne adapté aux métiers du web, gratuit et design

Fini le CV classique, avec l’énumération insipide de vos expériences et compétences. Les métiers du web ont enfin un CV en ligne, gratuit et adapté à la présentation de leurs réalisations : MakerSlate.

 

La lecture linéaire des CV est souvent ennuyeuse et ne permet pas de mettre en exergue les multiples savoir-faire des développeurs, intégrateurs, designers ou encore community managers et magiciens du SEO ! MakerSlate a souhaité dépasser ce problème, et vous permet de mettre en avant vos projets les plus intéressants.

Comme un CV classique, vous trouverez tout en haut un encart avec vos informations personnelles : photo, profession, ville, ainsi que des liens vers vos comptes Twitter ou LinkedIn par exemple.

markerslate-cv-dev02

Vous pourrez ensuite ajouter tous vos projets par ordre chronologique, un court texte de présentation pour décrire vos missions, un diaporama pour montrer concrètement la réalisation de vos projets, une URL vers le site réalisé pour en savoir plus, ainsi que des marqueurs  renvoyant vers vos différentes compétences (UX design, Python, Analytics, Ruby …)
Exit la formation, les centres d’intérêts, le Cv se concentre sur vos toutes vos compétences et précédents employeurs (mentionnés sous forme de compte Twitter : @bossedansleweb @lesjeudis) listés sous votre encart de présentation.

 

markerslate-cv-dev01

Tout en haut de votre CV, une barre de recherche permet aux recruteurs de rechercher et consulter votre CV par compétence et par entreprise. Un recruteur peut également combiner les deux : si il veut savoir quel projet en « javascript » vous avez réalisé pour « @TheNextWeb », il lui suffit de sélectionner les deux à la fois pour voir votre travail.

markerslate-cv-dev06

MakerSlate sera plus personnel que votre CV habituel, et vous permettra de mieux expliquer votre parcours professionnel lors de votre recherche d’emploi. Agissant comme un journal de bord, il vous sera également plus simple de le mettre à jour régulièrement.

 

Les offres d’emploi de janvier par LesJeudis.com

En partenariat avec LesJeudis.com, le site de recrutement spécialisé dans les métiers de l’IT et du web en France, Je bosse dans le web vous donne désormais rendez-vous deux fois par mois ! Que vous soyez développeurs web ou mobile, graphistes, UX/UI designers, rédacteurs, community managers, magiciens du SEO et du marketing, vous dégoterez ici avec les meilleures offres d’emploi proposées par LesJeudis.com

 

Déposez votre CV sur lesjeudis.com et postulez plus facilement aux offres d’emploi !

 

Chef De Projet Technique
AMAURY SPORT ORGANISATION

CDI – Issy-les-Moulineaux
Expérience : 2 à 5 ans
Salaire : NC

Vos missions :
– Études et conception
– Consultation et suivi
– Test et recette fonctionnelle
– Assistance formation et maintenance applicative

Je postule !

 

Développeur Mobile iOS
TRIPNLIVE

CDI – Paris
Expérience : 6 mois à 2 ans
Salaire : NC

Vos missions :
– Développement de la V2 de l’application IOS en objective-C (voire swift), gestion des vidéos dans le back office et de l’API qui renvoie les vidéos sur notre site web et nos partenaires( en PHP).

Je postule !

 

Expert Linux Dns
SOCIETE GENERALE FRANCE

CDI – Val de Fontenay
Expérience : 5 ans minimum
Salaire : NC

Vos missions :
– Ingénierie
– Support-Expertise
– Gestion des problèmes
– Architecture
– Veille technologique

Je postule !

 

Développeur WinDev
ISIMEDIA

CDI – Nantes
Expérience : 2 à 5 ans
Salaire : NC

Vos missions :
– Intégré au sein de nos équipes projets, ou celles de nos clients : grandes entreprises, administrations et PME, vous interviendrez sur des projets de développements sur mesure, riches, variés et d’envergure, que ce soit en assistance technique, en mode projet (approche AGILE ou Cycle en V), sur de la Tierce Maintenance Applicative, de l’audit technique ou encore de la formation.
– Pour vos missions sur notre plateforme, ou en clientèle, vous vous appuierez sur notre méthodologie et nos normes éprouvées depuis 19 années et continuellement améliorées. Vous bénéficiez également de nos outils de partage de connaissances et de l’appui de nos experts techniques.

Je postule !

 

Architecte Réseaux / Sécurité
ARTKEOS

Expérience : 5 ans minimum
Salaire : NC

Vos missions :
– Définir et valider les solutions d’architecture IT
– Développer les solutions d’architecture et collaborer avec les équipes de sous-traitance
– Intégrer les solutions d’architecture
– Spécifier et valider la stratégie de test
– Définir, valider et piloter les phases de déploiement
– Piloter le transfert du run des solutions ver la mise en production

Je postule !

 

Architecte – Lead Developer Fullstack
FASTBOOKING

CDI – Paris
Expérience : 5 à 10 ans
Salaire : NC

Vos missions :
– revoir l’architecture des données et choisir les solutions SQL/NoSQL adaptées
– accompagner les équipes dans la création d’API et d’une architecture microservices
– préparer les applications critiques à passer sur AWS

Je postule !

 

Ingenieur Developpeur Back-End Lamp Php Big Data
PREDICTYS

CDI – Grenoble
Expérience : 2 à 5 ans
Salaire : NC

Vos missions :
– Développer de nouveaux projets.
– Assurer une veille technologique.
– Etre force de proposition sur les architectures de données et l’infrastructure technique.
– Vous ferez également évoluer les modules de la plateforme technologique (intégration de données externes, suivi de diffusion interne), et assurerez la rédaction des procédures de gestion. Enfin, vous interviendrez en support des utilisateurs et des équipes techniques des clients.

Je postule !

 

Développeur PhP
QUALICONSULT

CDI – Chartres
Expérience : 6 mois à 2 ans
Salaire : 20 000 à 30 000 € / an

Vos missions :
Intégré au sein d’une équipe de développeurs et sous la responsabilité d’un chef de projet, vous participez aux différentes phases de développement des applicatifs métiers, clients et administratifs de l’ensemble du groupe.
Vous participez :
– Aux phases de spécifications générales, techniques et de cahier des charges ;
– A la réalisation des développements ;
– Aux étapes de tests et recettes ;
– Aux développements des correctifs.a

Je postule !

 

Déposez votre CV sur lesjeudis.com et postulez plus facilement aux offres d’emploi !

L’événement recrutement des métiers Web et IT : Salon LesJeudis.com, 17 septembre, Paris

Faites une rentrée du bon pied avec le Salon du recrutement des métiers du Web et de l’IT le 17 septembre à Paris. Le Salon LesJeudis.com se déroulera aux Docks – Cité de la Mode et du Design dans un nouveau format comprenant des animations et bien sûr des sessions de recrutements !

 

Le Salon LesJeudis.com aura lieu le jeudi 17 septembre à la Cité de la Mode et du Design à Paris pour une édition spéciale ! Une trentaine d’entreprises (Crédit Agricole, RATP, Orange Business Services Alten, Misys …) seront présentes, à la recherche de divers profils : développeurs, consultants, analystes fonctionnels, ingénieurs systèmes et réseaux, chefs de projets… Plus de 1000 postes sont à pourvoir !

Plusieurs animations et ateliers seront proposés tout au long de la journée, vous permettant ainsi de faire une pause agréable entre deux entretiens :

ITTestsOnline permettra aux candidats de s’évaluer sur différents langages (.Net, PHP, Java) En obtenant le meilleur score dans une catégorie, ils pourront remporter de nombreux prix.

Un photographe sera également présent toute la journée pour tirer votre portrait. Nous offrons aux candidats une photo professionnelle pour mettre sur leur CV ou sur les réseaux sociaux.

Et si vous preniez les commandes d’un vaisseau spatial ? Acteur de référence dans la communication numérique, le design interactif et l’animation, GOBELINS l’école de l’image vous proposera de jouer ! The Space We Live In est une expérience transmédia, collaborative, immersive et interactive, vous placera aux commandes d’un vaisseau spatial dans un univers d’anticipation, en plein cœur du système solaire.

Toute la journée, faites vous remarquer auprès des acteurs du web et de l’IT, un mur de tweets vous permettra d’être visible auprès des recruteurs.
Pour diffuser votre annonce en direct sur le social wall et permettre de vous faire des contacts potentiels, tweetez:

#salonlesjeudis + votre métier + ville + nombre d’année d’expérience 

 

infographie-salonLJ

 

L’entrée est gratuite, les inscriptions se font sur SalonLesjeudis.com et directement à l’accueil entre 15h et 21h le jour du salon.
Lieu : Les Docks – Cité de la Mode et du Design, 34 quai d’Austerlitz, 75013 Paris

 

Comment bien préparer votre visite au Salon les Jeudis ? Suivez le guide !

 

Salonlesjeudis.com | LesJeudis.com
Facebook | Twitter

Interview de Thibaut Assus, intervenant au Salon LesJeudis.com

Thibaut Assus, organisateur des Meet-ups Ruby à Paris, développeur Ruby On Rails, et fondateur de freelancebooking.pro et mipise.com, nous parle de ces différents projets, sa formation, sa vision du web, mais également de la conférence qu’il donnera le 18 septembre 2014 au Salon LesJeudis.com à Paris (Cité de la Mode et du Design) : « Ingénieurs : Comment bien se vendre de façon efficace en entreprise ? »

 

Comment est né le Meet-up Ruby à Paris ?

Quand je suis rentré des Etats-Unis il y 3 ans et demi, j’ai eu envie de reprendre les Cafés Ruby et d’amplifier le mouvement. J’en ai changé la formule, j’ai référencé un nouveau meet-up sur meetup.com, puis j’ai crée des conférences.

Grâce à ces conférence, organisées tous les mois, les développeurs viennent partager leurs connaissances et ce qu’ils font dans leur quotidien. Mais le but était surtout de créer un espace de partage où les développeurs viendraient parler des problèmes qu’ils rencontrent dans leurs boulots, et comment ils les résolvent. Au début ils étaient une vingtaine… Puis au dernier événement organisé, il y avait près de 140 personnes ! Le meet-up s’est beaucoup développé, et aujourd’hui de nombreux participants veulent présenter, ce qui nous permet d’avoir un line-up assez extraordinaire ! Vous pouvez retrouver les derniers talks sur : rubyparis.org/talks

 

A coté des meet-ups, quelles sont vos autres activités ?

Je m’occupe des meetups pour le plaisir, mais c’est grâce à eux que j’ai développé mon réseau. Je suis en freelance, je fais du développement pour des clients d’applications sur le web.
Mon plus gros client est Mipise.com : une solution de crowdfunding en marque blanche. Grâce à Mipise, vous pouvez créer votre plateforme de crowdfunding en trois clics. Ce projet assez innovant : il s’agit d’un mix entre une plateforme de blog, et une plateforme de crowdfunding car on permet de personnaliser sa propre plateforme de crowdfunding.

A coté de ces deux activités, j’ai développé un produit, pour moi à la base, puis j’ai commencé à l’ouvrir à d’autres personnes : freelancebooking.pro. Ce service permet aux indépendants d’exposer leurs disponibilités à leurs clients. Le projet est complètement bootstrappé (auto-financé) et compte aujourd’hui 300 inscrits.

 

Quelle est votre semaine type ?

J’essaie d’être focus sur ce que je fais. Quand je suis booké par un client, c’est une journée réservée au client. Je ne suis pas booké tous les jours, les autres jours je travaille sur mes projets, je fais d’autres choses à côté, comme de la musique par exemple, et je me dégage du temps pour ma famille.

Une de mes recherches fondamentales de la vie est la recherche du temps ! Si on veut avoir le temps de faire des projets intéressants dans la vie, il faut savoir s’extraire de toutes les choses dont on se rend compte qu’elles n’ont pas d’intérêt pour soi. Une perte de temps, c’est une perte de valeur ajoutée. L’amélioration du workflow de travail est essentielle.

 

Votre parcours : avez-vous suivi une formation, ou bien vous définiriez-vous plutôt comme un autodidacte ?

J’ai fait EPITA, une école d’ingénieurs en 5 ans au Kremlin-Bicêtre, avec une spécialité en intelligence artificielle. Quand j’en suis sorti il y a 7 ans, j’ai commencé à bosser dans le web. Pour moi, l’apprentissage a réellement commencé quand je suis sorti de l’école, j’ai commencé à lire plein de livres sur le business, le self-help, la technique, le code, comment faire pour travailler en équipe, pour collaborer sur un projet, etc.
En ce moment, j’apprends l’investissement, comment fait-on pour gérer son argent, le cash flow. Cela m’aide dans la construction de tous mes projets.

J’avance un peu par lubie : ma technique est d’acheter les 2, 3 livres les mieux notés sur Amazon. Je les lis, je les annote, et ensuite j’en sais autant qu’une personne qui aurait suivi des cours.

 

Quelles sont vos lectures du moment ?

« I will teach you how to be rich » de Ramit Seti, et « Rich dad poor dad » de Robert Kiyosaki.

 

Quels sont les livres qui vous ont fait changer votre manière de penser ?

« 4HWW » m’a changé la vie ! Ensuite « Purple cow », « Secrets of power negotiating », (en France les gens ne savent pas négocier car c’est mal considéré. Le but n’est pas d’arnaquer la personne en face de soi mais de comprendre comment s’apporter des choses mutuellement), « Rework », « Remote », « Power of less », et « Pragmatic thinking and learning (refactor your wetware) » sur ’apprentissage. Ce livre remet en cause les aprioris, comme le fait de ne pas pouvoir apprendre des choses quand on a un certain âge.

 

Cela vous intéressait-il d’enseigner ?

J’ai pour projet d’enseigner du code. C’est essentiel d’apprendre le code, le code est en train de devenir l’écriture d’il y a quelques centaines d’années.
Aujourd’hui, les gens qui codent arrivent plus facilement à faire passer leurs idées et les process. Quand on ne sait pas coder on devient complètement dépendant des développeurs, on est vite limité pour créer des projets.
Comment peut-on être chef dans une cuisine si on ne sait pas cuisiner ? C’est pareil dans la programmation, les personnes qui veulent être chef de projet mais qui ne savent pas coder ne peuvent pas donner de bons conseils aux développeurs et n’auront pas forcement les bons réflexes.

Il va y avoir une révolution dans l’éducation ces prochaines années, je pense que c’est essentiel d’apprendre à coder aux enfants. Les cours en ligne vont également beaucoup se développer, ce qui va faciliter l’apprentissage.

 

Quel serait le candidat idéal selon vous pour « bosser dans le web », quelles qualités faut-il avoir ?

La qualité idéale est de ne pas avoir d’apriori sur sa capacité à faire de nouvelles choses. Par exemple, si un jour on doit dessiner une icône, il faut le faire, même si on ne sait pas dessiner, on apprend à le faire !
La plus grande qualité pour bosser dans le web est de ne pas s’arrêter à ce qu’on a appris à l’école. Le web évolue tellement vite qu’on ne peut pas se permettre de s’arrêter à ce qu’on a appris. Quand je suis sorti de l’école en 2007, je n’avais jamais fait de web. J’en ai fait parce que ça m’intéressait !

 

Quelques mots sur votre conférence le 18 septembre au Salon Les Jeudis ?

Nous verrons comment faire pour se vendre face à employeur ou à un client. Comment fait-on pour passer le premier entretien et devenir indispensable au recruteur ? Comment apporter assez de valeur à un écosystème donné pour que ces personnes soient prêtes à me rétribuer pour cela ? Ce sont des techniques simples pour apprendre à se placer auprès de son employeur, ou son client, comme personne pouvant lui simplifier la vie et l’aider. C’est important de comprendre les clés du recrutement et apprendre à se vendre de façon efficace quand on est freelance, dans le salariat, ou au chômage.

 

Retrouvez le live-tweet de la conférence de Thibaut Assus sur @lesjeudis :

 

 

 

Twitter : @tibastral

 www.salonslesjeudis.com

 

Les 50 start-ups qui recrutent

En pleine croissance et innovantes, les start-ups recrutent de nouveaux talents, notamment dans le web ! Capital.fr a mené son enquête auprès d’une centaine de start-ups de moins de dix ans et à forte croissance pour connaître en détail le nombre de postes à pourvoir et les profils recherchés dans chaque entreprise.

 

« Tous nos clients cherchent à recruter pour faire face à l’envolée de leur activité, or ils ont du mal tant la demande est forte. » confie Jacques Froissant, du cabinet de recrutement Altaïde, spécialisé dans l’high-tech, au magazine Capital. En effet, ces entreprises cherchent à renforcer leurs équipes pour assurer leur développement.
De leurs côtés, les jeunes candidats répondent présents également : ils sont de plus en plus méfiants envers « les pesanteurs hiérarchiques et les carrières trop balisées des multinationales », nous dit le magazine. Les jeunes diplômés souhaitent désormais travailler dans de petites sociétés innovantes et souvent tournées vers l’international. Côme Fouques, jeune diplômé de l’Esssec et aujourd’hui employé par Adways confirme : «J’y ai plus de liberté et de responsabilités, sans parler de l’ambiance plus fun…»

Alors où se trouvent les postes les plus recherchés ?

Capital livre ainsi une première liste de 50 entreprises prêtent à embaucher près de 2 500 personnes l’année prochaine. Pour mener son enquête, Capital s’est basé sur les critères suivants : des sociétés de moins de dix ans à forte croissance, proposant un produit ou un service innovant et restées indépendantes. C’est pourquoi vous pourrez trouver des start-ups de tailles petites ou moyennes aux côtés de grandes entreprises comme showroomprive.com.
Les métiers du web sont les plus recherchés (développeurs Web et mobile, designers de sites…), mais les starts-ups auront également besoin de renforcer leurs équipes avec des profils plus commerciaux, marketing, ou encore le management d’équipe.

 

Vous recherchez un emploi dans le web ou l’IT ? Consultez nos offres d’emploi sur LesJeudis.com

offres-d-emploi-start-up

 

E-réputation : Facebook, moyen de discrimination à l’embauche ?

Prenez deux candidats fictifs avec deux CV identiques, mais deux profils Facebook différents, dont l’un indique une origine étrangère. Résultats : jusqu’à deux fois moins de réponses pour ce dernier profil que pour l’autre !

 

Il s’agit d’une étude réalisée par des chercheurs de l’université Paris-Sud, et relayée par l’Express, qui leur permet d’affirmer que “les profils en ligne sont utilisés pour filtrer les candidats.”
Ces trois chercheurs français ont mis leur expérience en place entre mars 2012 et mars 2013 en répondant à 837 offres d’emploi avec les deux mêmes CV fictifs de comptable : état civils quasi identiques (sexe, adresse, âge, et des noms et prénoms “à consonance française”), mêmes diplômes et bonnes références. Rien qui ne puisse de prime abord désavantager un candidat par rapport à l’autre.

Les chercheurs ont ensuite décidé de paramétrer différemment leurs profils Facebook : l’un est né à Brive-la-Gaillarde et parle italien, tandis que l’autre affiche Marrakech comme ville de naissance et maîtrise l’arabe marocain.
Première conclusion : “Entre mars et octobre 2012, le candidat dont le profil pouvait laisser supposer une origine étrangère enregistre un taux de réponses positives de 13,4%, contre 21,3% pour son homologue corrézien.”

experience-facebook_5126214

Puis d’octobre à décembre, l’étude se poursuit avec deux CV moins expérimentés. Bilan : 16% de réponses favorables pour le comptable de Brive, contre seulement 7,1% pour celui de Marrakech. Nicolas Soulié, co-auteur de l’étude, explique que dans la première partie de l’étude “l’ancienneté pouvait compenser la discrimination”, hors on constate dans la seconde partie de cette étude que l’écart se creuse nettement.

La dernière partie de l’étude montre qu’en changeant la mise en page des profils Facebook et en cachant les langues parlées, l’écart entre les deux candidats se réduit jusqu’à devenir insignifiant. Les chercheurs en concluent que le filtrage est superficiel, et que les recruteurs se contentent de regarder la page d’accueil sans “fouiller” davantage.

experiencefacebook_5126220

Jusqu’à présent, seules des études déclaratives permettaient de déterminer si les recruteurs utilisaient les profils Facebook des candidats dans les processus d’embauche, mais ces derniers étaient souvent tentés de minimiser la pratique.

Cette étude permet une fois de plus d’attirer l’attention des candidats sur l’importance de l’e-réputation et de montrer que l’usage de Facebook par les recruteurs peut être un moyen indirect de discrimination.

Nous vous invitons donc à vérifier fréquemment les informations publiées à votre égard, et maîtriser parfaitement votre personal branding sur les réseaux sociaux (vérifier régulièrement la confidentialité de vos informations lors des mises à jour), même si le fond du problème n’est pas forcément ce que vous publiez, mais plutôt comment vos informations sont interprétées ….

 

Vous voulez bosser dans le web ? Retrouvez nos offres d’emploi sur LesJeudis.com

Les géants de la Silicon Valley recrutent des talents féminins

Facebook, Apple, Google … les firmes de la Silicon Valley souhaitent attirer davantage de femmes parmi leurs salariés. Pour cela, chacun met au point une technique différente : réunions avec les dirigeantes pour Facebook, congélation d’ovocytes pour Apple, et programme de « prise ce conscience » pour Google. Mesdemoiselles, Mesdames, ces entreprises sauront-elles vous convaincre ?

 

Les géants américains souhaiteraient attirer davantage de femmes parmi leurs salariés : Facebook, Apple, Pinterest, Box et Google, pour ne citer qu’eux. En effet, si vous marchez dans les couloirs de ces grandes entreprises de la tech, vous ne croiserez certainement pas autant de femmes que d’hommes (pas même chez Ebay qui est l’une des entreprises les plus diversifiées). On compte environ une femme salariée pour deux hommes.

Pour remédier à cela et promouvoir la diversité au sein de leurs entreprises, Facebook, Box et Pinterest ont lancé un programme nommé « Women Entering and Staying in Tech » (WEST) ou comment inciter les femmes à entrer et rester dans la technologie.
Le principe est d’organiser des rendez-vous ou réunions (en personne, ou via internet) entre les stagiaires et les femmes tenant des rôles techniques dans ces trois grandes sociétés. Pour l’instant, le programme met l’accent sur les carrières dans l’ingénierie, les produits, la conception et le développement web.
L’essai pilote devrait début en 2015, mais ne sera disponible que pour la région de la baie de San Fransisco. En espérant que ce programme puisse par la suite s’étendre dans d’autres régions des Etats-Unis, et pourquoi pas dans d’autres pays comme la France.

Autre nouveauté, Apple et Facebook ont annoncé cette semaine qu’ils seraient sur le point d’accorder un nouvel avantage salarial aux femmes de leurs entreprises : prendre en charge la congélation des ovocytes de leurs employées jusqu’à 20 000 dollars ! ( La congélation d’ovocytes peut couter jusqu’à 12 000 dollars, auxquels il faut ajouter 3 000 dollars de médicaments et 1 000 dollars pour les frais de stockage.)
Ce procédé permettrait aux salariées de ces entreprises d’utiliser leurs ovocytes pour une période ultérieure. Autrement dit pouvoir se concentrer sur leurs carrières professionnelles avant de procréer.
Les femmes n’auraient ainsi plus besoin de choisir entre leur carrière et leur vie de famille, notamment lorsqu’elles arrivent à la trentaine et que les chances de grossesses spontanées sont seulement de 15% à partir de 35 ans.

Google n’est pas en reste sur le recrutement de talents féminins, l’entreprise affirme qu’il n’est pas simplement question d’attirer des « minorités » dans la technologie, mais qu’une partie du problème viendrait de notre façon de pensée : des préjugés inconscients qui affecteraient non seulement la composition de ces grands groupes mais aussi la conception de leurs produits.
Google a ainsi lancé un programme nommé « Unconscious Bias at work » pour aider à éliminer certaines habitudes bien ancrées qui contribuent indirectement au sexisme, racisme ou autre forme de discrimination. Quoi qu’il en soit, cette prise de conscience ne peut être qu’une bonne chose !

Boostez votre recherche d’emploi avec BoxMyJob

Lancée part deux jeunes diplômés, la start-up Boxmyjob vous permet de gérer et d’organiser vos candidatures en enregistrant toutes les offres d’emploi qui vous intéressent. Découvrez comment prendre en main cet outil à la portée de toutes les personnes en recherche d’emploi.

 

Boxmyjob est une start-up lancée fin 2013 par deux jeunes diplômés, Fabien et Florian, ayant la volonté d’améliorer le quotidien du chercheur d’emploi. Ils sont partis du constat simple que, entre des milliers d’annonces et les nombreux sites d’emploi, il était compliqué d’avoir une vision globale et organisée de sa recherche. Ils ont ainsi créer BoxMyjob et l’outil « Box it » pour répondre à ces exigences.

 

Capture d’écran 2014-09-26 à 18.11.35

 

Aujourd’hui vous pouvez chercher tous types d’offres pour bosser dans le web : développeur, intégrateur, chef de projet … Mais une fois que vous avez trouvé l’offre d’emploi qui vous intéresse, il est parfois difficile de s’y retrouver et d’avoir une vision globale des entreprises où vous avez postulé.
Boxmyjob simplifie votre recherche et vous permet de vous organiser efficacement en « devenant votre mémoire ».

Concrètement, il vous suffit d’aller sur boxmyjob.fr, enregistrez-vous grâce à votre profil LinkedIn, ou bien créez un nouveau compte. Installez tout d’abord un plug-in nommé « Box it ». Allez sur lesjeudis.com par exemple pour rechercher une offre d’emploi dans le digital, et cliquez sur « Box it » dans votre barre de navigation pour mettre enregistrer cette offre et la mettre en favori.
Une fois le site d’emploi épluché, retournez dans votre espace BoxMyJob et gérez vos candidatures !

 

Capture d’écran 2014-09-26 à 18.05.29

Capture d’écran 2014-09-26 à 18.05.53

 

L’outil vous suit donc tout au long de votre recherche d’emploi et vous permet de :
– Centraliser vos candidatures : 100% des sites d’emploi sont supportés
– Enregistrer facilement toutes les offres d’emploi ou de stage qui vous intéressent.
– Organiser et gérer vos offres enregistrées
– Être efficace pour mener à bien votre rechercher d’emploi et, on vous le souhaite, trouver un job !

Alors, qu’attendez-vous pour installer BoxMyJob ? 🙂

 

 

boxmyjob.com

C’est la rentrée : faites le ménage dans vos présences en ligne

En cette période de rentrée, vous êtes peut-être à la recherche d’un job, ou bien vous faites de nouvelles rencontres et souhaitez mettre de l’ordre dans vos présences numériques. Nous allons donc voir comment améliorer votre visibilité et valoriser vos présences online en faisant un état des lieux et un update régulier de vos données personnelles.

 

1. Googlisez vous !

Faites comme toute personne qui chercherait à en savoir plus sur vous : tapez votre nom dans Google ! Peu de chance que cette personne utilise un autre moteur de recherche… Google est utilisé par + de 90% des français ! Google est le point crucial de votre audit numérique. Nous vous conseillons donc de passer au crible les 3 premières pages de cette recherche, mais surtout soigner les 3 premiers résultats qui apparaissent. Pensez également à faire un tour du côté de « Google Images », voire même YouTube (on peut parfois avoir des surprises !), cela peut être utile, on ne sait jamais …
Le site Yatedo agrège également des informations de plusieurs sites, réseaux sociaux, réseaux professionnels … mais aussi site de rencontres si votre profil est public, allez donc voir ce que ça donne également sur ce site.
Vous découvrirez par cette première recherche si vous possédez ou non des homonymes. Si c’est le cas, il faudra redoubler d’effort pour travailler la cohérence de votre présence par des mots-clés récurrents sur les différents sites où vous décidez d’être présent, mais aussi grâce une seule et même photo de profil par exemple.

 

2. Faites le tri

La diversification et l’offre des plateformes – réseaux sociaux, réseaux professionnels, CV en ligne – engendre bien souvent une multiplication de vos présences numériques. Qui dit nombreuses présences online, dit souvent manque de temps pour s’occuper de toutes équitablement.
Une fois votre recherche effectuée, il faudra faire le tri, mais surtout faire des choix stratégiques concernant vos différentes présences en ligne.

En allant faire un tour dans les informations ou paramètres du site en question vous devriez supprimer facilement votre compte dans ce site gênant ou encombrant. Cependant, ce n’est pas pour cela que ce site disparaitra aussitôt de la recherche Google. Là encore, redoublez d’effort sur les sites que vous souhaitez mettre en avant, remplissez vos profils à 100% par exemple, soyez actif pour qu’ils remontent dans la recherche Google.
De même, certains profils peuvent se créer automatiquement via d’autres sites où vous êtes inscrit, des applications Facebook acceptées trop vite, des comptes Twitter, voire même un blog ouvert juste pour s’échanger des photos entre copains … bref, passez la toile au karcher et armez vous de patience !
Tips : la plateforme DoyouBuzz vous permet de quasiment tout dire sur vous (CV, expériences, travaux réalisés, blog, envie professionnelle…) et a le mérite d’être particulièrement bien référencée. Elle vous permettra de remonter au plus vite dans les recherches Google avec un contenu cohérent.

 

3. Soyez cohérent

Conservez les présences numériques qui correspondent à vos objectifs, soyez là où votre réseau est le plus présent. L’hyper-présence numérique n’est pas forcément un atout, vérifiez quels réseaux correspondent le plus à votre cœur de métier, à vos activités et vos objectifs. Mieux vaut avoir un ou deux profils remplis à 100% et où vous êtes actif que cinq comptes laissés à l’abandon.
Soyez cohérent aussi dans les urls communiquées sur vos présences : vous pouvez renvoyez d’une plateforme à l’autre mais il est préférable que ce cercle soit fermé.
Enfin, mettez vos informations à jour régulièrement, faites de la veille professionnelle, animez votre profil en postant des liens vers des articles par exemple.

 

Après cette mise en bouche, poussez l’expérience plus loin en construisant votre personnal branding : faites de votre nom une marque !