Fréquence de publication sur les réseaux sociaux

Faut-il publier rarement ou fréquemment sur les réseaux sociaux ? Faut-il privilégier la qualité à la quantité ? Si vous ne publiez pas assez, les fans ne vous voient plus, et à l’inverse si vous postez trop souvent, vous êtes trop visibles aux yeux de vos fans et risquez de les lasser. Une infographie de Constant Contact, une entreprise spécialisée dans le marketing online, vous aidera à résoudre ce dilemme.

 

Dans le community management, vous pouvez être confronté à deux types de stratégies : d’un côté les partisans du « poster en masse pour être sûr d’atteindre le maximum de personnes, quitte à perdre quelques clients au passage » et l’autre les adeptes de la stratégie « poster moins , mais mieux pour atteindre une ciblé déterminée au préalable. » Comme dans le community management, rien n’est jamais tout noir ou tout blanc, l’infographie ci-dessous vous permettra de mieux ajuster votre stratégie social media selon le canal choisi.

FACEBOOK
Facebook est une plateforme à forte valeur pour un faible volume. Ne postez pas trop souvent – les fans sont importunés par trop de messages. Faites en sorte que chaque publication offrant un contenu intéressant à vos fans.
Fréquence : 3 à 10 fois par semaine
Privilégiez la qualité à la quantité

TWITTER
Twitter est une plateforme à faible valeur pour un volume élevé. Vous pouvez partager davantage sur Twitter à cause da sa rapidité et son côté éphémère. Partager le contenu crée par vous-même ou retweetez du contenu d’autres sources, assurez-vous que le contenu soit pertinent et intéressant pour vos followers.
Fréquence : 5 fois par jour minimum
Privilégiez la quantité à la qualité

LINKEDIN
Linkedin est un réseau à forte valeur pour un faible volume. Assurez-vous que vous êtes à l’initiative du contenu pertinent de votre entreprise.
Fréquence : 2 à 5 fois par semaine
Privilégiez le contenu de qualité

GOOGLE+
Google+ est un réseau à forte valeur pour un faible volume. Publier fréquemment sur Google+ offre davantage de contenus, mots-clés et expertise à Google pour les indexer dans ses pages de résultats.
Fréquence : 3 à 10 fois par semaine
Utilisez des mots-clés pertinents pour améliorer votre référencement dans Google

PINTEREST
Pinterest est un réseau à forte valeur pour un volume élevé. Si vous voulez que vos Pins se trouvent dans la masse de contenus partagés sur Pinterest, vous devrez poster fréquemment vos contenus. Choisissez de belles images, les bons mots clés pour référencer plus facilement votre contenu et utiliser des liens vers votre site Web.
Fréquence : 5 à 10 fois par jour
Privilégiez des images de qualité et taille conséquente pour être apparaitre dans le fil d’actualité

 

Social-Media-Posting-Frequency-Infographic

Bilan de l’usage des réseaux sociaux en 2014

GlobalWebIndex dresse l’état des lieux des réseaux sociaux au troisième trimestre 2014 à travers le monde. Dans cette étude, GWI s’intéresse au désintérêt grandissant des adolescents pour Facebook, l’appétence particulière des jeunes pour Tumblr, Pinterest et Instagram, la croissance exponentielle de Snapchat ainsi qu’à la part grandissante des connexions sur mobile et tablettes.

 

GlobalWebIndex publie chaque trimestre un bilan sur les dernières tendances dans les réseaux sociaux dans plus de 30 pays dans le monde. Basé sur 40 000 internautes de 16 à 64 ans, cet état des lieux donne un aperçu des différents niveaux d’engagement par réseau social ou application, ainsi que des comportements par tranches d’âge, notamment chez les adolescents.

 

etude-gwi

 

Les adolescents se détournent de Facebook

• Malgré sa position de leader, Facebook doit faire face à quelques défis : 50% de la population du Royaume-Unis et des Etats-Unis dit utiliser moins fréquemment qu’auparavant le réseau social. Ce chiffre passe à 64% lorsque l’on interroge les 16-19 ans.

facebook-usage
• Parmi les principales raisons de la baisse : 45% se disent moins intéressés par Facebook, 37 % s’ennuient (jusqu’à 50 % pour les adolescents) 18% déclarent que le réseau social n’est plus aussi « cool » qu’avant.
• Les membres ont désormais une utilisation plus passive de Facebook, et les comportements changent : le partage de photos et l’utilisation de Facebook Messagers a baissé de 20 points en pourcentage.
• Cependant, quatre utilisateurs d’Internet sur cinq (en dehors de la Chine) ont un compte Facebook, et un utilisateur sur deux dit utiliser activement Facebook tous les mois, ce qui lui donne à Facebook une nette avance en terme d’utilisateurs actifs par rapport à ses concurrents Twitter, YouTube et Google+.

 

top10-social-plateforms

 

Tumblr, Pinterest et Instagram : croissance rapide et public jeune

Tumblr et Pinterest enregistrent les plus fortes croissances en 2014 avec une augmentation du nombre d’utilisateurs de 120% et 111% respectivement.
Instagram est lui en hausse de 64% depuis le 1er trimestre 2014.

top-social-platforms-growth
Tumblr et Instagram ont les audiences les plus jeunes, car plus de 70% de leurs utilisateurs ont entre 16 et 34 ans.
• En revanche, Facebook a la base d’utilisateurs la plus ancienne car un quart de ses utilisateurs actifs sont âgés de 45 ans.

 

active-user-social-platforms

 

L’application Snapchat enregistre la croissance la plus rapide

• Snapchat est l’application qui connait la plus forte croissance (+ 56% depuis le début de 2014), suivi par Facebook Messenger (+ 52%) et Instagram (+ 47%). Snapchat a également l’audience la plus jeune qu’il s’agisse d’application sociale ou de messagerie.
• Dans l’ensemble, Facebook est encore de loin l’application sociale la plus utilisée (43% des utilisateurs d’Internet). Facebook domine aussi le marché en termes d’applications chat/messagerie avec Facebook Messenger (27%) suite à la décision de Facebook de décoreller la fonctionnalité de messagerie de son application principale, suivi de près par WhatsApp (25%).

social-messaging apps

 

L’utilisation des réseaux sociaux sur mobile en augmentation

• La part des utilisateurs se connectant aux réseaux sociaux sur ordinateur diminue et est d’aujourd’hui de 6/10, alors qu’elle est en forte hausse sur mobiles et tablettes avec 4/10 des connexions.
• Les utilisateurs mobiles sont plutôt des femmes (44%), ont entre 16 et 34 ans (52%), et ont des revenus supérieurs (49%).

 

social-networking-device

Téléchargez le résumé de l’étude ici.

Facebook abandonne Bing au profit de son propre moteur de recherche

Depuis aujourd’hui, Facebook n’utilise plus par défaut le moteur de recherche Bing pour les recherches effectuées depuis son réseau social, et booste son propre moteur de recherche interne, Graph Search.

 

Un peu plus de quatre ans l’après l’intégration de Bing en tant que moteur de recherche interne, Facebook fait demi-tour et décide de mettre fin au partenariat. En effet, jusqu’à aujourd’hui les utilisateurs du réseau social Facebook avait la possibilité d’effectuer une recherche sur le web via Bing depuis Facebook, rendant ainsi le moteur de recherche de Microsoft « plus social », mais cette fonctionnalité a pris fin.

Depuis quelques jours, Facebook a mis à jour son outil puissant Graph Search permettant ainsi aux utilisateurs du réseau social de chercher des contenus publiés sur Facebook, mais n’intègre plus aucun lien vers des sites extérieurs depuis son propre moteur de recherche.
Graph Search permet aux internautes de rechercher plus facilement des messages ou photos publiés par leurs amis, profils publiques ou pages fans.

Comme l’a rélévé un porte-parole de la firme de Mark Zuckerberg au site à Reuters, Facebook priviligie désormais sa stratégie interne  : « Nous ne montrons pas de résultats de recherche vers le web, car nous voulons avant tout aider les utilisateurs à trouver ce qui est partagé au sein de Facebook. »

Facebook a senti le vent tourné, et comme l’a expliqué Mark Zuckerberg cet été, plus d’un milliard de recherches seraient effectuées sur le site tous les jours. Pourquoi donc faire appel à Miscrosoft alors que Facebook est auto-suffisant ? Il s’agit là d’une mise à jour importante pour Graph Search et qui pourrait bien rendre le réseau social encore plus indépendant et performant.

En ce qui concerne Bing, la perte de trafic est assurée pour le moteur de recherche de Microsoft. Les utilisateurs devront désormais de nouveau effectuer leurs recherches classiques en passant un moteur externe. Le porte-parole de Facebook assure à Reuters qu’ils continuent “avoir un formidable partenariat avec Microsoft dans beaucoup d’autres domaines.”

Réseaux sociaux : 20 façons de remercier vos fans

Afin de créer un lien durable avec vos fans sur les réseaux sociaux, il faut savoir les remercier. Ces messages de remerciements doivent être sincères, authentiques et surtout portés une dimension humaine. Voyons 20 façons de remercier vos fans sur Facebook, Twitter, LinkedIn, Pinterest et Instagram.

 

Facebook

Dans un premier temps, identifiez les différents leviers pouvant appeler à des remerciements, puis mettez en place quelques actions :

1. Partage d’un contenu : identifiez les différents fans ayant partagés votre contenu pour les mentionner dans la publication et les remercier.
2. Commentaire positif : vous pouvez liker le commentaire de la personne ou bien lui répondre avec un message sympathique.
3. Nombreux likes sur une publication : créer une nouvelle publication pour remercier vos fans ou bien poster une nouveau message dans la publication concernée.
4. Message privé : engagez la conversation avec votre fan, remercier le et posez lui quelques questions pour connaître ses nouvelles attentes ou motivations.
5. Nouvelle barre de fans dépassée (1 000, 5000, 10 000 …) : n’hésitez pas à faire preuve de créativité, et créer un visuel ou bien une vidéo spéciale pour l’occasion. Humanisez davantage la relation en postant une photo de votre équipe remerciant les fans.

 

Twitter

Le remerciement peut se manifester de différentes façons sur Twitter :

6. Mettre un tweet en favoris : cela permet de signifier à votre follower que vous avez lu et « aimé » son message. Un favoris peut être interprété comme un like sur Facebook. Mettre des tweets positifs en favoris vous permettra par la suite de les récupérer dans l’onglet favoris et extraire quelques verbatims pour un bilan mensuel par exemple.
7. Retweeter un message : vous partagez le message du twittos à votre communauté et le rendez visible de tous.
8. Répondre à son message : vous pouvez aussi le remercier avec vos propres mots, soit dans une conversation one to one, soit en mettant votre message de remerciement avant son nom afin que son message + votre remerciement soient vus de tous.
9. Suivre le follower à son tour : vous montrez ainsi à l’utilisateur que le contenu posté ainsi que son compte sont intéressants, et serez sûrement amener à interagir de nouveau avec lui.
10. Engager la conversation en message privé : enfin si vous souhaitez en savoir davantage sur les motivations de votre follower, ce qu’il aime, ce qu’il souhaiterait voir sur votre page, engagez la conversation par message privé et posez lui quelques questions, il se sentira probablement gratifier par votre demande.

 

LinkedIn

Les leviers de remerciements sont moins nombreux sur Linkedin mais plus engageants :

11. Répondre aux invitations : selon votre stratégie de mise en relations sur Linkedin, vous pouvez déjà commencer par accepter une personne en tant que nouvelle relation.
12. Écrire une recommandation :  généralement, les recommandations sont des témoignages donnés par les employeurs et les collègues de travail. Vous pouvez parler de l’expérience de votre contact, de ses compétences ainsi que de son niveau d’expertise.
13. Mentionner une compétence :  via un système de notation vous pouvez ajouter une compétence à votre contact.
14. Envoyer un message privé : Prenez le temps d’envoyer un message privé ou d’y répondre si cela vous semble pertinent.
15. Échange de bons procédés : Notez que sur LinkedIn la relation est interpersonnelle, et qu’il s’agit souvent d’échange de bons procédés, si vous êtes actif sur le réseaux professionnel et que vous remerciez, notez, donnez des recommandations à certaines personnes, plus vous en recevrez également. Ciblez tout d’abord les personnes dont vous souhaitez recevoir des recommandations en retour pour leur en laisser, et n’hésitez pas à demander quelques recommandations.

Pinterest

16. Réépingler : Le bouton « Pin it » sera votre meilleur ami, réépinglez les contenus intéressants des utilisateurs dans vos planches. Montrerez ainsi à vos abonnés que vous appréciez leurs contenus.
17. Ouvrir vos planches : Vous pouvez aussi ouvrir une ou plusieurs de vos planches à vos followers afin qu’ils deviennent les auteurs de vos contenus.

Instagram

Sur Instagram, la veille est plus fastidieuse mais peut s’avérer payante :

18. Observer le nombre de photos postées à votre sujet : allez chercher les photos postées au sujet de votre marque, de votre produit, ou de vos événements grâce à Iconosquare.com : vous obtiendrez ainsi tous les hahstags se rapprochant du mot-clé surveillé.
19. Liker les contenus les plus créatifs : après avoir repéré les différents mots-clés sur lesquels votre communauté est active, allez liker les contenus les plus créatifs, jolis, ou sympathiques. Si cette personne ne vous suit pas encore, ou bien qu’elle n’utilise pas le bon hashtag pour vous retrouver, vous avez toutes les chances qu’elle suive votre compte par la suite.
20. Organiser des jeux concours : pour remercier les personnes qui vous suivent déjà, vous pouvez organiser un jeu concours sur le principe suivant : chaque personne postant  un commentaire sous la photo est enregistrée pour participer au tirage au sort. Vous pouvez aussi demander à vos followers de reposter (regram) votre photo, mais faites attention à ce que le cadeau à la clé soit assez important, sans quoi vous pourriez vous retrouver sans aucun repost.

Vous êtes Community Manager ? Retrouvez toutes nos offres d’emplois sur LesJeudis.com

Facebook at Work : nouveau réseau social professionnel

En concurrence directe avec LinkedIn, Facebook serait en train de préparer secrètement un réseau social professionnel baptisé « Facebook at Work ».

 

Le Financial Time rapporte ce lundi que Facebook travaillerait secrètement à la création d’un nouveau site web professionnel « Facebook at Work » afin de permettre aux utilisateurs de Facebook de séparer leur profil privé de leur profil professionnel.

Ce nouveau site, qui ressemble beaucoup au réseau social actuel puisqu’il reprend son interface, permettrait à Facebook d’entrer directement en concurrence avec les autres réseaux professionnels tels que LinkedIn, Yammer (Microsoft), mais aussi les outils professionnels de Google (Google for Work) et ainsi d’accroître nettement le potentiel de ses revenus publicitaires.

Utilisé par de nombreux recruteurs aujourd’hui pour aller en savoir plus sur leurs potentiels futurs collaborateurs, le réseau pourrait bien être une nouvelle réussite pour Mark Zuckerberg, et permettrait à son empire de renforcer sa position de leader.

En effet, en proposant un espace professionnel, Facebook incite ainsi les utilisateurs à se connecter toute la journée, ce qui accroît nettement le taux d’engagement, et par effet boule de neige, l’investissement des annonceurs.
Facebook pallierait également à son manque de popularité auprès des entreprises qui ont tendance à bloquer l’accès au réseau social, mais aussi auprès des professionnels plus attirés par Viadeo, Linkedin ou bien encore des réseaux sociaux de niche tels que Digikaa.

Tel un outil de communication professionnel interne, le « Facebook at Work » permettrait aux internautes de discuter avec leurs collègues, entretenir leur réseau professionnel, d’établir de nouveaux contacts en les recherchant, mais aussi de s’échanger des documents de travail. Les utilisateurs actuels de Facebook n’auraient pas à créer de nouveau profil puisqu’ils utiliseraient de nouvelles fonctionnalités leur permettant de séparer leur vie professionnel et de leur vie privée.

Les employés de Facebook eux-mêmes ont d’ores et déjà accès à ce nouveau site, également en cours de test dans d’autres entreprises.

 

A l’heure de la publication de cet article, Facebook n’a pas souhaité commenter cette information du Financial Times qui cite des sources anonymes proches du dossier.

 

Vous cherchez un job dans le web ? Retrouvez toutes nos offres sur LesJeudis.com

E-réputation : Facebook, moyen de discrimination à l’embauche ?

Prenez deux candidats fictifs avec deux CV identiques, mais deux profils Facebook différents, dont l’un indique une origine étrangère. Résultats : jusqu’à deux fois moins de réponses pour ce dernier profil que pour l’autre !

 

Il s’agit d’une étude réalisée par des chercheurs de l’université Paris-Sud, et relayée par l’Express, qui leur permet d’affirmer que “les profils en ligne sont utilisés pour filtrer les candidats.”
Ces trois chercheurs français ont mis leur expérience en place entre mars 2012 et mars 2013 en répondant à 837 offres d’emploi avec les deux mêmes CV fictifs de comptable : état civils quasi identiques (sexe, adresse, âge, et des noms et prénoms “à consonance française”), mêmes diplômes et bonnes références. Rien qui ne puisse de prime abord désavantager un candidat par rapport à l’autre.

Les chercheurs ont ensuite décidé de paramétrer différemment leurs profils Facebook : l’un est né à Brive-la-Gaillarde et parle italien, tandis que l’autre affiche Marrakech comme ville de naissance et maîtrise l’arabe marocain.
Première conclusion : “Entre mars et octobre 2012, le candidat dont le profil pouvait laisser supposer une origine étrangère enregistre un taux de réponses positives de 13,4%, contre 21,3% pour son homologue corrézien.”

experience-facebook_5126214

Puis d’octobre à décembre, l’étude se poursuit avec deux CV moins expérimentés. Bilan : 16% de réponses favorables pour le comptable de Brive, contre seulement 7,1% pour celui de Marrakech. Nicolas Soulié, co-auteur de l’étude, explique que dans la première partie de l’étude “l’ancienneté pouvait compenser la discrimination”, hors on constate dans la seconde partie de cette étude que l’écart se creuse nettement.

La dernière partie de l’étude montre qu’en changeant la mise en page des profils Facebook et en cachant les langues parlées, l’écart entre les deux candidats se réduit jusqu’à devenir insignifiant. Les chercheurs en concluent que le filtrage est superficiel, et que les recruteurs se contentent de regarder la page d’accueil sans “fouiller” davantage.

experiencefacebook_5126220

Jusqu’à présent, seules des études déclaratives permettaient de déterminer si les recruteurs utilisaient les profils Facebook des candidats dans les processus d’embauche, mais ces derniers étaient souvent tentés de minimiser la pratique.

Cette étude permet une fois de plus d’attirer l’attention des candidats sur l’importance de l’e-réputation et de montrer que l’usage de Facebook par les recruteurs peut être un moyen indirect de discrimination.

Nous vous invitons donc à vérifier fréquemment les informations publiées à votre égard, et maîtriser parfaitement votre personal branding sur les réseaux sociaux (vérifier régulièrement la confidentialité de vos informations lors des mises à jour), même si le fond du problème n’est pas forcément ce que vous publiez, mais plutôt comment vos informations sont interprétées ….

 

Vous voulez bosser dans le web ? Retrouvez nos offres d’emploi sur LesJeudis.com

Dites “Ello” au nouveau réseau social

Déjà acclamé par la presse tech aux Etats-Unis, Ello est un nouveau réseau social crée par sept amis cherchant à imposer leur projet comme nouvelle alternative à Facebook.

 

Ils sont nombreux à s’être lancé dans une bataille acharnée contre Facebook, cherchant à tirer son épingle du jeu coûte que coûte, mais peu sont ceux qui ont réussi à émerger. C’est pourtant ce qui anime les 7 amis et fondateurs du nouveau réseau social Ello. Crée en mars 2014, la start-up souhaite détrôner Facebook en proposant un nouveau réseau social sans publicité et financé par des dons.

« Nous ne collecterons pas, ni ne vendrons, vos données personnelles sur Ello.
Nous ne ferons jamais d’argent avec de la publicité. Point final. »
Paul Budnitz, créateur d’Ello.

La page d’accueil et Manifesto du réseau social donnent le ton « Votre réseau social est tenu par des publicitaires. » Effectivement, nous avons tous conscience qu’en allant sur Facebook nos données sont analysées puis proposées aux marques pour que ces dernières nous proposent de la publicité ciblée sur la base de ces informations collectées. Mais en aucun cas, Facebook ne vend directement ces bases de données aux publicitaires.
D’ailleurs Ello ne cache pas non plus que les créateurs du site ont également accès à ses informations, « mais uniquement dans le but d’améliorer le site. »

Ello ne veut donc rien à voir avec Faceboook ! Dans une interview accordée à Betabeat.com, Paul Budnitz, artiste et designer américain, créateur d’Ello, déclare :

« En gros, nous avons construit Ello pour des gens comme nous. Donc Ello doit être beau, fonctionner en accord avec ce qu’on est, et, bien sûr, éviter les conneries habituelles. »

En complément de cette polémique anti-Facebook, Ello a savamment orchestré son arrivée en conviant toute la presse tech US à tester la version bêta le réseau social uniquement sur invitations.

Capture d’écran 2014-09-30 à 19.24.09

 

Et dans la pratique alors ?

Grâce à une invitation reçue au préalable, vous pourrez tester cette fameuse version bêta d’Ello. Ensuite, rien de plus simple, vous créez votre compte. Le point d’orgue du site sera le tableau de bord. Les fonctionnalités sont moindres mais ne diffèrent peu des réseaux sociaux sur lesquels vous avez l’habitude de naviguer : vous allez pouvoir mettre en ligne textes et photos (grands formats), suivre les activités des personnes de votre choix, commenter et partager des contenus.

Contrairement à Facebook, mais tout comme Twitter, les messages que vous publiez apparaissent automatiquement dans les timelines de tous vos abonnés.
De base, vous pourrez également ajouter vos nouveaux contacts dans la liste « friend » ou « noise » (connaissances).

Le design est basique, ou bien épuré, voyez-le comme vous le voudrez ! Ce qui peut être un point différenciant pour ceux qui n’affectionneraient pas l’interface trop chargée de Facebook. Paul Budnitz a voulu « créer un site à son image : hipster et chic. »

Comme sur les autres réseaux sociaux, la personnalisation de son profil est possible : vous pourrez ainsi changer photo de couverture, avatar, bio …

Même si le site se veut « minimaliste », certaines fonctionnalités manquent donc à l’appel : moins de place pour l’interaction, la fonctionnalité « commentaire » n’est pas tout à fait développée. La modération est inexistante, on ne peut signaler aucun contenu. L’importation de ses contacts est impossible, ce qui nous empêchent de retrouver vos copains sur le réseau depuis notre carnet d’adresse (vous pouvez tout de même lancer une recherche de personnes), pas de messagerie privée, pas d’appli mobile …

Mais étant donné qu’il ne s’agit que de la version beta du site, on imagine que ces lacunes seront corrigées au fur et à mesure de l’expérience utilisateur.

Screenshot Ello

Utopie ou réalité ?

Le manifeste publié sur le site d’Ello comporte d’ores et déjà des contre-vérités. Au delà du discours attaquant Facebook sur la « vente des données », on constate tout d’abord que le site n’est pas en open-source et que ses 7 évangélistes ont déjà réalisé une levée de fond de 435 000 dollars en mars 2014.
Il faudra donc d’une manière ou d’une autre que la société en sorte avec une plus-value, tout laisse donc à supposer que cette plus-value passera par un service payant, si la publicité est laissée de côté.

 

Allez-vous tester de nouveau réseau social ? Répondez-nous sur Twitter @bossedansleweb + #ello

 

Profil du Community Manager type

Over Graph, une solution de social media management, a établi le profil moyen du Community Manager en 2014 en analysant son activité sur Twitter et Facebook, le tout présenté sous la forme d’une infographie.

 

909c, éditeur de la solution Over-Graph, a mis en infographie les résultats de leur enquête sur l’analyse de l’activité des Community Managers sur Twitter et Facebook. Effectuée en septembre 2014, cette analyse a été faite à l’aide de 3500 comptes Twitter et 7300 pages Facebook.

L’infographie comptabilise les différentes prises de paroles, le nombre de tweets ou publications par semaine, et l’administration des différents comptes.

Pour Facebook, on apprend donc que le taux d’engagement moyen est de 0,08 % (like + commentaires + partage / nombre de fans), un community manager programme en moyenne 30,90 publications Facebook par semaine (lien, image, video ou texte), contre 35 tweets par semaine sur Twitter. 72% des conversations avec les fans sont publiques, alors que sur Twitter, seul 1,49 DM est traité par semaine.
Enfin les hashtags les plus répandues en France sont #socialmedia #infos et #actus, tandis qu’à l’international #RT #news et #FF sont les plus courant.

 

140918-infographie-cm-FR-2

 

Source

Nouveaux outils statistiques pour Twitter, Pinterest et Instagram

Les trois réseaux sociaux Twitter, Instagram et Pinterest ont dévoilé, la même semaine, leurs outils de statistiques aux marques, et parfois même au grand public. Une nouvelle qui ravira les community managers et publicitaires auparavant contraints de comparer les statistiques de leurs pages via différents outils souvent payants.

 

Twitter sort son Analytic

Depuis le 27 août, tous les utilisateurs du réseau social mondial ont désormais accès à l’outil statistique. Auparavant réservé aux marques et aux stars triées sur le volet, l’outil est aujourd’hui disponible à cette adresse : analytics.twitter.com
Il faut s’être inscrit au préalable sur l’interface Publicités Twitter pour accéder au service dans son intégralité. L’analytic vous permettra de savoir quand vos tweets sont les plus lus, retweetés, mis en favoris …, où vivent vos abonnés, combien de personnes cliquent sur vos liens, et enfin analyser finement ce qui intéresse vraiment vos followers pour adapter votre communication en fonction de vos résultats.

analytics_fullservice_followers

Pinterest déploie également son outil statistique

Si vous aviez l’habitude d’analyser les statistiques sur Facebook, et désormais Twitter, vous ne serez pas dépaysé ! Pour y accéder, il vous suffit d’avoir un compte professionnel, disponible ici analytics.pinterest.com, un lien vers le dahsboard des statistiques Pinterest apparaitra sur votre profil.
Vous aurez accès à cinq informations clés : les épingles et tableaux que vos membres préfèrent, les contenus de votre site que vos followers aiment épingler, les appareils utilisés, le trafic généré sur votre site grâce au bouton Pin It, et enfin une étude de votre audience en fonction du sexe, et de l’emplacement géographique.

pinterest-analytics

Instagram suit la tendance

D’ici quelques semaines, Instagram lancera à son tour un outil permettant de mesurer plus finement les statistiques. Jusqu’à présent les marques devaient se contenter des J’aime et commentaires, (ou bien aller explorer les statistiques sur Iconosquare)
L’espace Analytics offrira trois sections principales : les informations générales du compte (nombre d’abonnés, la portée des publications et le nombre d’impressions), les résultats et l’impact des campagnes publicitaires (le nombre d’impressions, la portée et la fréquence des publicités), enfin un espace de création et de planification des campagnes. Cette dernière section permettra à Instagram de préparer le terrain et offrir une solution publicitaire intéressante aux annonceurs. Actuellement, seules quelques marques aux Etats-Unis avaient la possibilité de faire de la publicité sur Instagram, cela devrait être prochainement proposé à quelques marques du Royaume-Uni, Canada et Australie. La France, prochain pays sur la liste ?

statistiques-de-compte-Instagram-