UX : L’importance de l’expérience utilisateur dans l’e-commerce

L’UX prend une place prépondérante aujourd’hui et peut fortement influer sur les résultats d’un site e-commerce. Découvrez en 15 chiffres-clés pourquoi la prise en compte de l’expérience utilisateur est désormais incontournable.

 

Comportement du visiteur, éléments de réassurance, adaptation au mobile, présentations des produits et services … l’agence Youand, spécialisée en ergonomie et en UX/UI design, livre 15 statistiques en infographie qui rappellent concrètement pourquoi la prise en compte de l’UX est désormais devenue indispensable pour tout site e-commerce.

Tout d’abord, il faut savoir que 1$ investit en UX peut rapporter jusqu’à 100$ de business généré. Le prix de production d’un produit diminue de 25% grâce à l’intégration de l’UX dans ses projets. 93% des dirigeants pensent d’ailleurs que l’amélioration de l’expérience utilisateur est une priorité stratégique.

Cette prise de conscience s’explique par plusieurs raisons : 68% des utilisateurs quittent un site en raison de leur mauvaise expérience, et 44% des acheteurs en ligne partageront avec des amis cette mauvaise aventure.
En effet, près de la moitié des visiteurs regardent les produits et services de l’entreprise avant même de regarder les autres sections.
44% quittent le site s’ils n’y trouvent pas informations de contact et 61% n’achèteront pas s’il manque des éléments tels que le support client live (34%) ou des témoignages (20%.)

Pour rassurer l’utilisateur, une stratégie de mobile first doit être mise en place, car 50% des utilisateurs se connectent depuis un smartphone. En 2 ans, la consommation online sur smartphone a augmenté de 78%. Avec une logique mobile first, on constate -50% de taux de rebond et 30% d’augmentation des ventes sur une page produit mobile optimisée .
Enfin, le design d’expérience est une démarche qui permet de réunir autour d’une même table l’utilisateur, le client et son agence pour réfléchir ensemble aux améliorations à mettre en place grâce à des outils tels que l’A/B testing, les personas ou les tests utilisateurs.

infographie-ux-ecommerce

Tendances du commerce connecté en 2016

CCM Benchmark Institut et l’Université Paris Dauphine a passé au crible les tendances du marché en matière de commerce connecté en 2016. Quels sont les produits les plus achetés en ligne ? Quel est le canal d’achat favoris par produit ? Découvrez les tendances du commerce connecté en 2016 en infographie.

 

La France compte 62% d’e-acheteurs avec un panier moyen estimé à 81€ pour une fréquence d’achat de 20 transactions par an.

Les produits les plus achetés en ligne

Parmi les produits phares des e-acheteurs, on trouve sur la première marche du podium l’habillement (74%), vient ensuite les voyages (71%), puis les biens culturels (69%).
Les produits high-tech (60%) ainsi que l’équipement de la maison (48%) se retrouvent en 4ème et 5ème position.

Les terminaux d’achat en ligne

L’ordinateur reste le terminal d’achat en ligne le plus plébiscité (75%), mais les devices mobiles poursuivront leur ascension. En effet, 6 millions de Français ont déjà effectué un achat en ligne à partir de leur mobile en 2016 : 17% depuis leur tablette et 8% depuis leur smartphone.

Le canal d’achat préféré par produit

Certains produits semblent synonymes d’achat sur internet, comme le billet d’avion,85% des e-acheteurs préfèrent effectuer leur achat sur internet, alors que 89% des consommateurs achèteront l’alimentaire en magasin plutôt que sur internet. S’il est des secteurs où les e-acheteurs ont majoritairement basculé sur le web, comme le secteur des biens culturels (62%), les consommateurs ne délaissent pas pour autant les boutiques, notamment pour l’équipement de la maison (72%) et l’habillement (78%).

L’utilisation du smartphone en magasin

Le smartphone est très largement utilisé en magasin, que ce soit pour photographier des produits (37%), s’informer sur ceux-ci (22%) ou encore comparer les prix des enseignes (21%).

 

commerce-connectéOK2

Source

E-commerce : le digital au coeur des comportements d’achats

Mappy et BVA ont publié leur 3ème baromètre sur l’évolution des comportements des consommateurs dans leurs achats. Le digital est désormais omniprésent à toutes les étapes du parcours d’achat chez le consommateur, et impacte fortement ses décisions d’achat. Click & collect, m-commerce et social commerce font leurs apparitions dans le domaine du commerce connecté. Découvrez les résultats de cette étude en infographie.

 

1. Le digital omniprésent du parcours d’achat

A chaque étape du parcours d’achat, le digital revêt une importante capitale dans le comportement du consommateur. Cela commence en amont par la recherche d’information sur le produit. Pour ceux qui achètent sur internet, 96% ont fait une recherche d’information sur internet avant. Idem pour ceux qui se rendent ensuite en magasin pour acheter, 91% pour ceux d’entre eux ont récolté des avis sur internet auparavant.
Lors de la visite en magasin, le smartphone est au coeur du processus d’achat : 55% des consommateurs photographient le produit pour l’envoyer en photo à un de leur proche, 51% continuent à chercher des informations, et 48% utilisent une promotion reçue auparavant par SMS ou e-mail. Les produits électroniques, électroménager sont impactés à 67% par cette démarche.
Après l’achat, là encore le smartphone est utilisé pour diffuser une photo (37%), donner son avis sur le produit acheté, ou le relationnel avec le commerçant.

 

2. Nouveaux modes de consommation

Le click & collect est une pratique à fort potentiel de développement : 43% des consommateurs ont déjà utilisé ce service, et 85% des consommateurs pourraient l’utiliser dans les prochaines années.
Les mobinautes sont également 56% à être intéressés par la réception d’offres commerciales lorsqu’ils passent à proximité des commerces.
Enfin, les consommateurs accordent une grande importante aux avis des autres acheteurs et spécialistes.

 

3. Un décalage entre la vision du commerçant et celle du consommateur

La seconde infographie sur la vision du commerçant révèle des écarts importants entre la vision des commerçants et celle des consommateurs. En effet, les acheteurs sont sensibles aux bons plans, promotions, mais aussi la disponibilité du produit lorsqu’ils achètent en ligne. Alors que les commerçants interrogés n’y voient pas d’intérêt particulier pour le consommateur.

 

Mappy-BVA_Infographie-consommateurs-2015

 

Source

Infographie : les conseils marketing du Père Noël

Plus fort qu’Amazon ? Le Père-Noël assure la distribution des cadeaux dans le monde entier en une nuit seulement ! Mais quels secrets a t-il caché dans sa botte ? Cette infographie réalisée par Selligent, une solution omnicanal d’acquisition de clients et gestion de données, vous donne des conseils pour réussir votre campagne marketing pour les fêtes de fin d’année.

 

Selligent a crée une infographie amusante autour des secrets du Père Noël, autrement dit les meilleures pratiques marketing afin d’aider les marques pendant la période cruciale des fêtes de fin d’année. Découvrez les secrets de cet expert dans l’infographie ci-dessous.

Chiffres clés autour des achats de Noël
  • 15,7 millions d’enfants de moins de 20 ans en France
  • 61 millions de jouets vendus en période de Noël (8,4 cadeaux par enfant), soit 65 milliars d’euros en 2014, dont : 51% de produits culturels, 46% de jeux / jouets, 38% Mode et accessoires, 36% hifi / informatique / téléphonie.
  • Les 2 mois précédents Noël, les vues sur les emails augmentent de 37% et les clics de 60%. Les emails personnalisés augmentent le taux d’ouverture de 40%
  • 30 millions d’internautes comptent faire leurs achats en ligne
  • 140 000€ sont dépenses en moyenne par minute les semaines précédant Noël

 

1. Planifier sa campagne grâce à une plateforme d’automatisation marketing

– envoyer le catalogue dès le mois d’octobre
– utiliser un moteur de recommandation basé sur les précédentes commandes
– analyser les visites du site web et appli mobile

2. Qualifier sa base de données

– Consolider toutes les données un référentiel central unique avec mise à jour automatique
– Segmenter l’audience
– Gérer son canal de distribution

 

3. Scénariser la campagne et déployer une méthode Test&Learn

– Tester les cadeaux sur un panel d’enfants
– Affiner les messages avec des tests A/B sur les ojets des emails ainsi que les visuels utilisés

 

4. Personnaliser les offres

– Accroitre le nombre de référence pour augmenter le trafic vers le site web et l’achat
– Analyser les données pour définir des suggestions d’affichage en fonction du comportement de l’utilisateur, le l’historique de navigation et de l’achat.

5. S’adapter à son audience

– Distribution en e-commerce ou en boutique

 

6. Objectif : fidéliser !

 

Les-secrets-marketing-Pere-noel-F

E-commerce : appréhendez au mieux les fêtes de fin d’année

Criteo a analysé les comportements d’achat des internautes à l’approche de Noël. Portée sur 23 millions de transactions, l’étude permet aux e-commercants de préparer leur stratégie e-commerce et m-commerce et d’appréhender au mieux les fêtes de fin d’année, période cruciale pour le commerce en ligne.

 

Criteo, société technologique spécialiste du marketing à la performance, a publié une étude à destination des e-commerçants et m-commerçants sur l’usage d’Internet et du mobile par les internautes avant la période de Noël. Les chiffres de cette étude sont basés sur l’analyse de près de 23 millions de transactions effectuées lors du dernier trimestre 2014 auprès du top 150 des sites de e-commerce Français.

 

Un consommateur multi-connecté

Avec 57% du budget dépensé en ligne, Internet est le principal canal d’achat des cadeaux de Noël depuis 2014 (source Févad), avec 11,4 milliards d’euros. La même année, les transactions sur mobile ont également augmenté, soit 1 achat sur 5, et devraient représenter 1 achat sur 4 cette année.

Le consommateur utilise désormais différents terminaux lors de la phase de recherche précédant l’achat : 52% des transactions en ligne en France sont réalisées sur plusieurs terminaux.

Les e-commerçants détenant de enseignes physiques ne doivent pas pour autant délaisser ce canal au profit du web. Les informations récoltées en magasin peuvent venir alimenter les comportements observés sur Internet, et une campagne bien menée sur Internet peut accroître le trafic en magasin avec des initiatives de click & collect.

A mesure que le comportement du consommateur devient de plus en plus cross-device, les marques se doivent d’être de plus en plus agiles dans leurs approches, présentes cross-canal (Display, Email, …), multi-device (desktop, tablette, smartphone, ..) et ainsi développer une synergie entre Internet et les magasins physiques.

 

Des temps forts plus épars

En plus d’une approche cross-canal, les e-commerçants doivent adapter leur stratégie commerciale et leurs campagnes de communication sur les différents temps forts identifiés.

Fin octobre / Novembre : Le repérage débute et se poursuit durant tout le mois de novembre. Le trafic augmente et prend temporairement le dessus sur les transactions.

Fin novembre : Les achats explosent sous l’impulsion du Black Friday et du Cyber Monday aux Etats-Unis. Les marques qui jouent le jeu en France commencent elles aussi à env voir les retombées. Les taux de conversion y sont quasiment multipliés par 2.

Décembre : Le consommation en ligne est en dent de scie, les weekends représentent la part la plus importante, en particulier les dimanches avec une augmentation moyenne de 103% de vente.

Avant Noël : La courbe décroît rapidement. Les achats de dernière minute représentent un réel potentiel pour peu que les livraisons de dernière minute ou des initiatives web-to-store soient mises en place.

Noël et Soldes : Les ventes privées ou autres animations commerciales permettent souvent un rebond du trafic et des transactions.

 

Les 6 conseils de Criteo pour réussir la période de Noël en tant qu’e-commerçant
  1. Ne pas sous-estimer certaines périodes clés : le Black Friday, le Cyber Monday, les achats de dernière minute et la période entre Noël et les soldes.
  2. Focaliser les efforts sur les week-ends qui représentent les plus gros temps forts.
  3. Développer une approche cross-canal pour suivre le parcours d’achat de l’internaute qui est de plus en plus cross device.
  4. Réveiller les utilisateurs inactifs et recibler les prospects qui ont montré certaines intentions d’achat durant leur navigation mais qui n’ont pas transformé.
  5. Engager les clients les plus fidèles. Plus un internaute s’est engagé par le passé avec une marque, plus il a une propension à aller voir la concurrence. Dans la mode par exemple, un internaute ayant déjà acheté 2 à 3 fois auprès d’un e-commerçant ira voir la concurrence dans 47% des cas.
  6. Pour acquérir de nouveaux acheteurs, il est important de lancer des campagnes de notoriété et ne pas se focaliser uniquement sur une communication produit.

 

Top 10 des marchés e-commerce dans le monde

L’agence Remarkety a récemment publié une infographie reprenant les chiffres clés ainsi que les tendances du e-commerce dans le monde en 2015. Découvrez les résultats de cette étude.

 

L’agence de marketing spécialisée dans les tendances E-commerce, Remarkety, a effectué une étude sur les 10 des plus gros marchés du E-commerce dans le monde et leurs spécificités.

Avec 562 milliards de dollars de chiffre d’affaires, la Chine est devenu leader des marchés E-commerce dans le monde devant les Etats-Unis. L’utilisation du smartphone et de la tablette pour effectuer les achats en ligne y est très pratiqué avec 33% au total.
La tendance est assez différente aux Etats-Unis, puisque 72% des achats sont encore réalisés sur PC, pour un chiffre d’affaires total de 349 milliards de dollars.

Au Royaume-Uni, troisième dans ce classement, les ventes en ligne représentent 30% de l’économie du pays.
Le Japon compte le plus grand nombre d’acheteurs en ligne du classement puisque 97% des internautes du pays font leurs achats en ligne. On observe également que l’e-mailing tient une part considérable des activités sur internet, ce qui favorise très certainement la redirection vers des sites de vente en ligne.

Amazon et Otto à eux seuls s’accaparent la moitié  du marché du E-commerce en Allemagne, en 5ème position. La plupart des achats y ont lieu le matin.

Cocorico ! La France arrive à la 6ème place avec un chiffre d’affaires de 42 milliards de dollars. Encore 80,8% des internautes passent commande depuis un PC, et seulement 68% des français utilisent Internet. On apprend également que 19% des achats ne sont pas effectués sur des sites français.

La Corée du Sud, 7ème de ce classement, a eu la plus rapide croissance internet dans le monde. La moitié des acheteurs en ligne effectuent leurs achats sur smartphone.

A la 8ème position, on retrouve le Canada avec 28 milliards de dollars de chiffre d’affaires. Près de la moitié des achats du pays ne sont pas réalisés sur des sites canadiens.
Enfin, la Russie et le Brésil arrivent en 9ème et 10ème position de ce classement.

 

top10-ecommerce-markets

Etude Médiamétrie Internet 2014 : complémentarité des écrans et plus d’interactivité

Médiamétrie a dévoilé les chiffres de l’année Internet en 2014. Toutes les catégories de la population française sont de plus en plus connectées sur tous les écrans, une croissance portée par celle des écrans smartphones et tablettes que ce soit pour se divertir, consommer, ou communiquer. Estelle Duval, directrice du département Internet & Médiamétrie/NetRatings, commente ces résultats.

 

Il y a 20 ans nous découvrions Internet et seulement 0,4% des foyers y accédaient. Aujourd’hui internet fait partie intégrante de la vie de 83% des foyers. Que ce soit pour se divertir, consommer, ou communiquer, les foyers ont accès à internet via un ordinateur, un smartphone, une tablette ou par la TV.

 

Toujours plus d’internautes grâce aux différents écrans

mediametrie-01

Les chiffres ne cessent de croître, il y a  aujourd’hui 43,8 millions d’internautes (+1,5% en un an), 30,4 millions de mobinautes (+6 points) et 12,6 millions de tablonautes (+7,2 points). Cette croissance est portée par celle des écrans smartphones et tablettes. Ce sont les 25-34 ans qui sont les champions de la connexion Internet sur tous les écrans, même si toutes les catégories de population progressent.

Les français sont de plus en plus connectés, voire ultra connectés : 22% des internautes se connectent chaque mois à internet sur un ordinateur, un smartphone et une tablette (+4 points en 1 an) et 5% possèdent un objet connecté.

Avec davantage d’écrans connectés dans les foyers, on observe une croissance globale de l’audience internet avec des internautes se connectant à la fois sur ordinateur et mobile. 70% contre 52% il y a un an. Davantage de personnes ne connectent uniquement via leur smartphone, 4,6% des internautes contre 2,8% en 2013.

mediametrie-02

 

2014, une année sportive et politique sur Internet

L’année internet 2014 a été marquée par la Coupe du Monde de Football, les sites et applications de sports ont enregistré des pics d’audience en juin et juillet. Les sites d’actualité généraliste ont également enregistré des records d’audience pendant les municipales. Le 24 mars (lendemain du premier tour) 1 internaute sur 2 était connecté, et les vidéos d’actu ont battu leur record  en mars.

 

La vidéo continue sa progression

De manière générale, la vidéo continue sa progression avec 10,2 millions de personnes regardant chaque jour une vidéo, soit +13% en un an. 2 millions de français regardent la TV sur leur ordinateur, smartphone ou tablette tous les jours. La VOD gagne de nouveaux adeptes avec l’arrivée de nouveaux acteurs sur le marché comme Netflix, et l’enrichissement des offres.

 

 Toujours plus d’internautes sur les réseaux sociaux

Les français sont de plus en plus nombreux à utiliser un autre écran en même temps qu’ils regardent la télévision. Ils sont 17,8% à consommer en même temps TV et Internet, notamment pour commenter les programmes sur les réseaux sociaux. Twitter gagne le plus d’inscrits en un an : 27% des internautes inscrits sur les réseaux sociaux le sont sur Twitter.

 

Des internautes accros aux jeux et davantage de cyberacheteurs et de commerce collaboratif

Sur les réseaux sociaux, les français jouent et passent en moyenne 8h05 sur les jeux en ligne chaque mois. Les communautés se développent et les échanges de biens et de services également. 13% des internautes pratiquent le co-voiturage, 8% achètent des produits alimentaires en provenance directe du producteur, et 4% procède à l’échange de biens ou services entre particuliers.
Ce succès s’explique par le contexte économique, mais aussi par l’essor du e-commerce avec 34,6 millions d’acheteurs en ligne en 2014.

 

Source

Panorama du mobile marketing en 2015

Deux nouveaux baromètres publiés par la Mobile Marketing Association France (MMAF), l’un au sujet de l’e-mailing sur mobiles et tablettes, et l’autre sur la pression commerciale SMS, rendent compte de l’augmentation du taux de lecture sur mobile.

 

Avec 30,4 millions de mobinautes en France en 2014, 2015 sera l’année du mobile first ! (Chiffres MMAF) En effet, selon le dernier baromètre du Marketing Mobile de la MMAF, 55,6% des français sont des mobinautes, et plus de 80% d’entre eux accèdent à internet quasi quotidiennement.

Ces chiffres se répercutent naturellement sur ceux de l’e-mailing sur mobile, puisque selon ce baromètre de la MMAF en partenariat avec 1000mercis, bientôt près de la moitié des ouvertures d’e-mails se fait désormais sur mobiles ou tablettes.
En décembre 2014, l’étude de 1000mercis (réalisée sur un échantillon représentatif de 100 millions d’e-mails routés chaque mois dans 10 secteurs d’activité sur des individus opt-in) montre que 41,4% des ouvertures d’e-mailing sont réalisées sur mobiles et tablettes (dont 69,6% depuis un smartphone seulement), et que la part des clics sur ces supports représentent 34,3%.

Avec l’explosion du nombre de mobinautes et la montée en puissance du e-commerce sur mobile de 60%, l’e-mailing affirme ainsi sa puissance de frappe pour augmenter son chiffre d’affaires sur mobile ou en magasin.

Baromètre-Email-sur-mobile_MMAF_1000mercis_2014

 

La MMAF fait également état de la pression commerciale SMS en France dans un baromètre réalisé avec Orange. Le SMS “wholesale”, c’est à dire le SMS que les marques envoient à leurs clients opt-in, est en forte hausse, une prévision de +20% à +25% en 2014.

Le taux de lecture des SMS est vertigineux, puisqu’il se situe généralement entre 92% et 95% (Etude Primotexto) et l’intérêt des consommateurs est également très important puisque 80% d’entre eux se disent intéressés par la réception de SMS de la part des marques.
Enfin, le taux de transformation est remarquable car plus d’un quart des mobinautes se rendent en magasin après avoir reçu une offre par SMS.

Baromètre-Pression-commerciale-SMS_MMAF_Orange_2014

Source

Bilan e-commerce en France : 11% de croissance en 2014

La Fevad (Fédération du e-commerce et de la vente à distance) dresse le bilan annuel du secteur de l’e-commerce. Avec 57 milliards d’euros générés en 2014 et une croissance de 11%, le secteur de l’e-commerce se porte bien malgré un contexte économique tendu.

 

La Fédération de l’e-commerce se félicite des résultats de l’année 2014 : le chiffre d’affaires total a atteint 56,8 milliards d’euros, soit 11% de plus que l’année précédente ; l’offre du nombre d’e-commerçants s’est élargie à 157 300 (14% d’augmentation) ; et même si le panier moyen diminue de 4% (81€), le nombre de transactions (700 millions) a lui progressé de 14%.

« Je ne comprends pas pourquoi certains parlent de stabilité ou de moindre croissance alors qu’en pleine période de crise le secteur a encore crû de 11 % en 2014. » a déclaré François Momboisse, le président de la Fevad, à la presse.

L’emploi favorisé

En effet, il y a de quoi se réjouir, car même si cette forte croissance est obtenue dans un contexte de consommation fragilisé, elle s’accompagne de créations d’emplois : la Fevad table sur une progression comprise entre 10 et 13% du nombre d’emplois dans le secteur de l’e-commerce pour atteindre un volume de 100 000 emplois (chiffres mai 2014).

 

Duo gagnant : boutique physique et site marchand

On observe également une montée en puissance des marques multicanales qui associent points de vente physiques et ventes électroniques. En effet, les e-commerces participent à la hausse des ventes hors-ligne puisque près de la moitié des propriétaires de boutiques physiques et de sites marchands ont bénéficié d’un impact positif du virtuel sur le physique.
Pour 58% d’entre eux, le chiffre d’affaires sur les ventes physiques a progressé, 52% ont enregistré une augmentation de la fréquentation dans leur magasin, et 55% une meilleure information de leur clientèle.

ropo2014

 

Le cyber-achat tend à se banaliser

Le nombre moyen de transactions annuelles et le montant global des dépenses effectuées par un cyber-acheteur ont eux aussi grimpé, et montrent ainsi que pour les Français l’achat sur internet tend à se banaliser. Les chiffres sont respectivement de 20 transactions en 2014 (vs. 18 en 2013) pour une dépense moyenne de 1 625 euros par an. (chiffres Médiamétrie-NetRatings)

 

Montée en puissance du mobile

Enfin le phénomène majeur et notable de cette étude est la montée en puissance du commerce mobile de 60%, soit 4% du chiffre d’affaire du e-commerce, ainsi que des places de marché qui ont vu leurs ventes en ligne croître de 53% en un an, soit 21% du volume d’affaires total des sites participants à l’iPM (indice iPM calculé sur la base des places de marché de l’iCE40, soit les 40 plus gros sites marchands français.)
Même si Amazon et Cdiscount dominent toujours le classement des 15 sites marchands les plus fréquentés, on observe que les marques et des entreprises de la grande distribution ne sont pas en reste : Fnac (3e), Carrefour (5e), Eleclerc (10e), Darty (12e), Auchan (13e) et Décathlon (15e).

classement-ecommerce-2014

Pour l’année 2015, la Fevad mise sur une hausse de 10 % de l’e-commerce en France, soit un volume d’affaires annuel de 62,4 milliards d’euros.

E-commerce : 8 solutions pour créer une boutique en ligne

Vous envisagez prochainement de vous lancer dans la vente sur Internet et cherchez donc un outil clé en main pour créer une boutique en ligne. Pour bien choisir votre solution e-commerce, nous vous proposons une sélection de 8 outils simples, qui s’adaptent à la taille de votre entreprise et à vos compétences.

 

Une boutique en ligne offre plusieurs avantages : vous vous affranchissez des frontières physiques et votre clientèle devient internationale, votre boutique est ouverte 24/24h 7/7j, pas besoin d’étude de marché sur l’implantation de votre boutique et vous réduisez les coûts lié à la communication et la publicité.
Cependant, la concurrence peut s’avérer rude sur Internet, les consommateurs sont exigeants et peuvent comparer les prix en deux clics, puis se diriger vers votre concurrent.

Pour bien choisir votre solution e-commerce, nous vous conseillons de prendre en compte plusieurs aspects essentiels :
– le nombre de produits pouvant être mis en vente
– le coût de la solution choisie par rapport aux coût par produit vendu
– la simplicité et l’évolution de la plateforme
– le support disponible

Voici 8 outils pour créer ou gérer une boutique en ligne de manière très simple tout qui s’adaptent à la taille de votre entreprise et à vos compétences :

1. Iziflux

Pour ceux qui ont encore du mal à identifier leur besoins, Iziflux semble être la solution adaptée. Iziflux gére vos flux produits et vous permet de diffuser vos produits sur les marketplaces en centralisant vos commandes et en actualisant vos stocks automatiquement. La plateforme vous aide à définir vos besoins et les supports les mieux adaptés. Vous pouvez également faire appel à des experts de la plateforme pour déléguer la gestion de vos campagnes.

2. Oxatis

Oxatis est une solution e-commerce riche en fonctionnalités qui permet la création d’une boutique en ligne immédiatement opérationnelle. Les abonnements tout-en-un (de 19 à 199€ HT par mois) intègrent plus de 300 fonctionnalités pour la création de votre site e-commerce. La solution centralisée se met à jour automatiquement tous les mois. Créée en 2001, Oxatis compte à ce jour plus de 7300 clients dans différents secteurs d’activités.

3. Lengow

Lengow créé chaque jour des flux optimisés pour près de 140 comparateurs de prix en France et en Europe. La solution référence le catalogue produits et relai les campagnes marketing sur l’ensemble des plateformes d’affiliation, des comparateurs de prix, des marketplaces ou sur les réseaux sociaux.
Lengow est l’outil idéal pour les vendeurs qui souhaitent avoir plus de visibilité : les produits vendus sont diffusés sur toutes les meilleures marketplaces du monde.

4. Oscommerce

OsCommerce est un logiciel libre et gratuit, permettant de déployer une boutique de vente en ligne sans connaissance en programmation. OsCommerce peut être déployé sur n’importe quel type de serveur Web sur lequel PHP et MySQL sont installés. La solution offre une série de fonctionnalités de base qui répondent aux besoins principaux de la plupart des commerces en ligne. Le logiciel s’appuie sur sa communauté d’utilisateurs et de développeurs pour évoluer et s’améliorer selon les besoins.

5. Store factory

Store Factory est aujourd’hui l’un des leaders des sites de e-commerce en France. La solution est adaptée aux petites structures, commerçants, artisans, PME et TPE ayant des besoins et des attentes spécifiques en matière de commerce électronique. L’outil est complet avec plus de 500 fonctionnalités (filtre à facette, mobile, prise de rendez-vous, exports paramétrables), et facile d’utilisation avec des tarifs abordables pour lancer sa boutique en ligne.

6. Shopify

Crée en 2004, Shopify accompagne de grandes entreprises comme Wikipedia, Budweiser ou bien Pixar. La plateforme est simple et facile d’utilisation, elle permet de s’affranchir d’une grande partie technique (hébergement, mise en ligne, design, etc …) : vous n’avez qu’à importer vos produits et lancer votre site marchand en vous concentrant sur votre fonction de vendeur.
L’abonnement est compris 14 et 179 dollars par mois.

7. Wizishop

WiziShop est une plateforme complète qui offre de nombreuses fonctionnalités facile d’accès : l’hébergement, le support, l’accompagnement et les outils pour créer, gérer et promouvoir sa boutique en ligne. WiziShop accompagne également les entreprises dans toutes les étapes d’interface de gestion (configuration, ajout de produit, gestion des ventes et des clients), support et accompagnement.
La plateforme est payante mais accessible sans engagement (abonnement fixe de 39€ HT par mois jusqu’à 1500 € de chiffre d’affaires, au delà seule une commission sur vos ventes sera prélevée.)

8. 42Stores

42Stores est une solution e-commerce évolutive : simple pour démarrer et puissante pour évoluer. Solution en mode hébergé SaaS (logiciel hébergé, rien à installer, mises à jour transparentes) inclus des centaines de fonctionnalités et déploie régulièrement des mises à jour. L’outil s’adresse aux débutants qui se lancent dans le e-commerce mais veulent avoir progressivement accès à toutes les fonctionnalités utilisées par les professionnels du e-commerce.
Abonnement mensuel sans engagement et « tout compris » à partir de 14,90 € par mois. Les tarifs suivent ensuite l’évolution de votre boutique e-commerce.