Étude : démographie des développeurs à travers le monde

A quoi ressemblerait le métier de développeurs s’ils n’étaient que 100 à travers le monde ? C’est la question que c’est posé Vision Mobile, une entreprise spécialisée en audit et stratégie d’entreprise, pour leur enquête annuelle Developer Economics (30 000 participants). Panorama de la communauté des développeurs.

 

En dépit des efforts fournis par l’industrie du développement de logiciels pour devenir paritaire, la programmation reste majoritairement un monde d’hommes, à hauteur de 94%, contre 6% de femmes seulement.

Avec 34% de développeurs en Asie, le continent est en train de devenir un foyer d’innovation et de développement, à la fois grâce à l’externalisation de l’Ouest et à l’évolution des marchés locaux. Pourtant quatre fois plus petit, l’Europe talonne de près l’Asie, avec 30% de développeurs. Les Etats-Unis ne sont qu’à la 3ème place, dû justement à l’externalisation des compétences vers l’Asie, avec 25% de développeurs.

Java a été conçu pour être le langage qui pourrait tout faire, et se retrouve maintenant être utilisé partout. 21% des développeurs utilisent Java, 16% codent sur C#, 12% en HTML, 11% en javascript, et 11% sur C/C++. Près d’un tiers des développeurs interrogés utilisent un autre langage de programmation.

La majorité des développeurs sont des professionnels, 77% d’entre eux, mais 23% créent des logiciels juste pour le plaisir.

Les outils et les langages fonctionnant désormais sur tous les environnements (mobile, Internet des objets, desktop, cloud), il est donc logique que les développeurs en connaissent plusieurs : 36% d’entre eux en connaissent deux, 23% trois environnements, et 7% sur tous les environnements précédemment cités.

Les développeurs ont en moyenne entre 1 et 6 ans d’expérience (43% d’entre eux), 40% ont plus de 6 ans d’expérience.

Enfin, les développeurs aiment avoir de nouvelles cordes à leur arc et améliorer leurs compétences, si un employeur n’est pas prêt à les payer pour cela, ils se formeront sur leur temps libre.

100-developers-infographic-visionmobile

 

Agenda : PyCon-FR, le rassemblement de la communauté Python à Rennes, 13-16 octobre 2016

Organisé depuis 10 ans par l’AFPy, PyCon-FR, le rassemblement annuel de la communauté Python francophone se tiendra cette année à Rennes. Du 13 au 16 octobre développeurs, chercheurs, étudiants et amateurs se réuniront autour d’une même passion pour le langage de programmation Python.

 

La capitale de la Bretagne accueillera du 13 au 16 octobre la communauté Python francophone. Depuis 10 ans, l’Association Francophone Pyton organise des conférences gratuites afin de regrouper tous les passionnés du langage en un même lieu.

L’événement se déroulera en deux temps : deux jours de sprints les 13 et 14 octobre, et deux jours de conférences les 15 et 16 octobre.

Les « sprints »

Les deux premiers jours sont réservés à des ateliers où développeurs et développeuses de différents projets open-source se rejoignent pour coder ensemble. Toute personne est la bienvenue pour contribuer au développement de son projet favori !

Les conférences

Les deux derniers jours, les participants assisteront à des présentations sur des sujets variés, autour du langage Python, : ses usages, bonnes pratiques, retours d’expériences et partages d’idées.
Vous souhaitez proposer un sujet ? L’appel à orateurs est ouvert jusqu’au dimanche 31 juillet.

 

PyCon-fr 2016 aura lieu à Rennes du 13 au 16 octobre dans les locaux de Télécom Bretagne.
2016.pycon.fr
@pyconfr

Agenda Hackathon : Paris Coders Night le 28 novembre

The Rude Baguette, the first site in English on news of French start-ups, is organizing a hackathon November 28 at the headquarters of Deezer: the Paris Coders Night. Come test yourself and other developers have king code for one night!

 

The Rude Baguette is the first news site in English speaking of the French market for technology and innovation, whether of French start-ups, the announcements made ​​by the French government or large companies like Google, Apple, Orange, or Amazon.

The Rude Baguette organizes November 28 a special night: half competition, evening half, the Paris Coders Night is a 100% event dedicated to developers.
The rules of the competition are simple: for every 5 applicants, developers need to recreate the portrait spat a website presented by CSS / HTML5.

A screenshot of that website is presented to you, you can watch it as many times as you like. In 15 minutes, you must recode the exact same website (no preview or macro is permitted and logos, images or text are provided.
When the time is up, the websites of the candidates are shown to viewers who declare winner each group.
participants are invited to encourage their friends and can watch their live services via mirrored screens.
to complete it all, food, drinks and good music are provided by the organization!

PayPal partners, Mobiskill and Deezer will present various awards to the participants. The best developer will receive the title of King of the Code.

Developers and supporters, come participate in the Paris Coders Night:
– Are you a developer, register as “Contestant” (4.80 €)
– You’re friend, supporter, cheerleader, register as “Attendes” (12 €)

Info & Registration

 

Are you a developer? Find all our vacancies on LesJeudis.com

Agenda : Open World Forum à Paris (30-31 octobre)

Les 30 et 31 octobre se tiendront l’Open World Forum à Paris. Deux jours pour explorer les enjeux du logiciel libre et open source, avec les plus grands noms de la technologie, des affaires et de la prospective, et les communautés les plus dynamiques du domaine.

 

La septième édition de l’Open World Forum se tiendra à Paris du 30 au 31 octobre 2014, au cœur du quartier des affaires (Eurosite Georges V à Paris 8ème), l’événement rassemblera plus de 2 000 décideurs dans le monde pour cross-fertiliser les initiatives technologiques, économiques et sociétales ouvertes, afin de bâtir le futur du numérique.

Le but de l’Open World Forum est d’explorer les enjeux, d’approfondir la réflexion, de partager les expériences et de susciter le passage à l’action dans les domaines du logiciel libre et open source, de l’open hardware, de l’open data, de l’Open Web et de l’open innovation.

Pour cette nouvelle édition, les mots d’ordre seront « Think », « Code », « Experiment » :
THINK car l’innovation est dans l’ouverture. Ralentir pour réfléchir autour de l’innovation et de l’ouvertur
CODE : Reprendre le contrôle technique par l’ouverture : La thématique CODE développera “Take Back Control” à la fois sur le code, les logiciels, les plates-formes et les infrastructures.
EXPERIMENT Un Monde Citoyen Ouvert : Collecte de données, partage de connaissances, droit à l’oubli : reprenez le contrôle !

Les organisateurs ont choisi la ligne « Take Back Control » pour illustrer, tant au sein de l’entreprise que dans la vie citoyenne, la nécessité de reprendre le contrôle de son système d’information, comme de sa vie numérique et de ses données.

 

Les intervenants

Les plus grands noms de la technologie, des affaires et de la prospective, et les communautés les plus dynamiques du domaine interviennent dans cette conférence annuelle, soit plus de 200 orateurs et une audience internationale attendue de 2000 participants venus de 40 pays en 2014.

Vous aurez également l’opportunité de rencontrer et d’échanger avec les représentants des organisations (entreprises, administrations, collectivités, associations…) les plus importantes de l’écosystème du logiciel libre, notamment:

Les spécialistes de l’open source : Alter Way, CloudOrbit, Logilab, Linkbynet, OVH, SensioLabs, Softeam, VLC …
Les grandes entreprises profondément impliquées dans l’open source : Alcatel-Lucent, Cisco Systems, EDF, Fujistu, Google, HP, IBM, Oracle, Orange, SNCF, SFR, Thales …
– mais aussi le secteur public et parapublic, le monde de l’enseignement et de la recherche, les communautés et les associations.

 

Le programme

Les sujets et les technologies les plus en vogues vont être traités: Big Data, machine learning, Cloud, Web, embarqué, mobiles, interne des objets, open hardware, devops, open data, sécurité, business models, droit, respect de la vie privée, patent trolls, open innovation…

Que vous soyez développeur, architecte, chercheur, entrepreneur, DSI, directeur technique, chef de projet, ou simplement quelqu’un de passionné par la prospective et la technologie, vous trouverez une session pour vous parmi une centaine de conférences, tables rondes et ateliers.

 

Entrée libre – Inscriptions obligatoires

Live tweet #OWF14

5 commandements pour être un bon développeur

Lors du Salon LesJeudis.com en septembre dernier, François Tonic, rédacteur en chef et journaliste du magazine Programmez! et cloudmagazine.fr, est intervenu auprès des candidats sur le métier de développeur. De cette conférence, nous avons donc dégagé 5 commandements pour réussir sa carrière de Développeur.

 

1. Montez en compétences

Si vous avez un profil de développeur/intégrateur junior dans le web, ne vous arrêtez pas à ce premier niveau de compétences plus de 2 ans car vous aurez probablement des difficultés à évoluer par la suite. Que vous maîtrisiez n’importe quel langage, les salaires des profils juniors sont assez bas, 27 000 euros à 33 000 euros par an. En effet, il est difficile d’obtenir une rémunération supérieure sans apprendre de nouveaux langages, ou bien chez les pures players, mais les places sont rares !

 

2. Formez-vous

Le diplôme est une bonne chose, mais il ne fait pas tout ! Après l’école, c’est à vous de monter en compétences et vous former. L’auto-formation doit entrer dans votre quotidien au même titre que la vieille technologique, soit 1 à 3 heures par jour, bien souvent en dehors de votre travail. Vous avez également la possibilité de demander à votre employeur de vous financer quelques heures de formation.
Le meilleur moyen de vous former est de le faire par vous même : « Téléchargez, installez et commencez à coder ! »

 

3. Maitrisiez plusieurs langages

Aujourd’hui un développeur doit être polyglotte, et pouvoir passer de Google à Apple, puis de Apple à Microsoft par exemple.
Mais il vous faut aussi une dominante, et maîtriser un ou deux langages parfaitement.
De plus, maîtriser des techniques connexes peut être un avantage notable sur votre CV.

 

4. Apprenez des communautés et des tendances

En France, les développeurs ont tendance à s’enfermer dans une technologue ou dans une communauté, et œuvrer uniquement dans ce spectre. Or les start-ups par exemple n’apprécient pas particulièrement cet état d’esprit. Si vous œuvrez dans l’open source, l’aspect communautaire est un point très important. Le point sera d’autant plus différenciant si vous êtes reconnu par votre communauté.
Même chez un pure player, le fait de participer à ces communautés et un point très différenciant, il faut aller régulièrement aux conférences de la communauté et proposer des sujets ou projets.

 

5. Maitrisez sur le bout des doigts une ou plusieurs technologies

Maîtriser une technologie signifie que vous êtes capable d’aborder cet outil par tous les bouts, vous savez comment il se comporte, vous connaissez les extensions, son cycle de mises à jour, mais aussi les documents officiels et les officieux, et vous savez repérer un problème même si ce problème n’est pas répertorié.
Notez que dans l’univers du mobile, on ne vous demandera pas une expertise aussi poussée que pour un projet web.

 

@francoistonic
cloudmagazine.fr
programmez.com

FDD Night : la nuit des développeurs le 7 octobre

L’association “Fier d’être développeur” convie tous les développeurs et développeuses mardi 7 octobre à l’Ecole 42 pour la FDD Night sur le thème de “L’avenir du développeur en France à l’heure du Cloud”. La soirée sera dédiée au métier avec table ronde, démonstrations, et party !

 

“Fier d’être développeur” est un mouvement associatif lancé à l’initiative de profils expérimentés du développement. Intimement convaincus que le développement logiciel sous toutes ses formes est l’un des plus beaux métiers du monde, les développeurs souffrent souvent d’être mal considérés et sous-valorisés en France (alors que dans d’autres pays ce sont des stars !)
Partant de ce constat, le mouvement “Fier d’être développeur” est né et a souhaité redonner au métier de développeur ses lettres de noblesse.
L’association est soutenue par environ 400 adhérents venant de communautés techniques très diverses mais partageant les mêmes valeurs et souhaitant porter haut la voix et les valeurs du métier. Certaines entreprises de renom et partenaires medias se sont également mobilisés pour rejoindre le mouvement.

 

Les objectifs de ce mouvement sont les suivants :
  • Promouvoir le métier de développeur de logiciels,
  • Expliquer la valeur de ce métier alliant rigueur scientifique et force de créativité,
  • Communiquer la noblesse du choix de faire carrière en tant que développeur,
  • Valoriser l’impact de l’expérience sur l’équation économique des développements logiciels,
  • Encourager le respect mutuel entre les développeurs indépendamment des plates-formes et technologies utilisées.

Après le succès de l’événement 2013, l’association donne rendez-vous à tous les développeurs et développeuses mardi 7 octobre à partir de 18h45 à l’Ecole 42 pour la FDD Night sur le thème de “L’avenir du développeur en France à l’heure du Cloud”.

Affiche-FDD-Night2

Au programme de la soirée :

 

18h30-19h15 : Table ronde sur l’évolution du métier de développeur, à l’heure du cloud, animée par Jean Rognetta et avec :

  • Thomas Boudalier, le visionnaire technique derrière Néolane acquis récemment par Adobe,
  • Romain Niccoli, le cofondateur de Critéo, l’un des plus grands succès du web français,
  • Cédric Bignon, le “meilleur dev de france 2014”, qui lance sa startup
  • Julie Knibbe, la product manager du premier site d’écoute à la demande, Deezer

19h15-20h : Session d’actualité technologique avec une démonstration alliant différentes technologies
20h-20h30 : Les dernières actualités sur l’enseignement du code à l’école
20h30 : Cocktail party
Info & Adhésion fierdetredeveloppeur.org

Codingame : ou comment apprendre à coder tout en jouant !

Codingame présente sa nouvelle plateforme aux programmeurs. Complètement redesignée, la plateforme de jeux permet aux fans de programmation comme aux novices d’apprendre ou se perfectionner tout en jouant.

 

Créée en 2012 et implantée à Montpellier et San Francisco, Codingame est LA plateforme de jeux où les développeurs peuvent perfectionner leur code en jouant. Ces derniers peuvent mettre en avant leurs compétences et gagner des récompenses en résolvant des défis de code dans plus de 20 langages de programmation, mais aussi participer à des challenges de programmation internationaux sponsorisés par les entreprises les plus innovantes (Nintendo, Ovh.com, ebay, Deezer…), et échanger avec des passionnés de programmation.

Nouvel IDE (environnement de développement), nouveaux jeux d’IA multijoueurs, nouvelles fonctionnalités sociales et de gamification, Codingame a été complètement redesigné !
Les joueurs peuvent voir leur code se matérialiser en temps réel à travers des jeux aux rendus graphiques et au gameplay proches des jeux vidéo.
En dehors du parcours de jeu solo qui permet aux joueurs d’enregistrer leur progression et de capitaliser sur leurs succès, la plate-forme comporte également une dimension multijoueurs avec des jeux d’Intelligence Artificielle qui peuvent accueillir plusieurs milliers de joueurs simultanément.

codingame_screenshot_02

Frédéric Desmoulins, CEO de CodinGame, pense que dans un futur proche les jeux vidéo seront de plus en plus liés à la programmation :

« Les joueurs ne se contenteront plus de faire bouger un personnage dans un décor mais pourront impacter sur son comportement et sur son environnement en codant, comme s’ils étaient dans la Matrice ».

Inscrivez-vous gratuitement pour les challenges qui se déroulent en ce moment sur la plate-forme :
  • Pokerchip Race : la Battle d’Intelligence Artificielle multijoueurs en partenariat avec Winamax
  • Vox Codei : le Worldcup Challenge qui aura lieu le 27 Septembre

 

codingame_screenshot_03

En associant la programmation aux jeux vidéos, Codingame crée une nouvelle façon de jouer et donne le pouvoir de développeurs d’interagir directement avec le jeu. La communauté Codingame ne cesse de s’agrandir et compte aujourd’hui 20 000 développeurs dans plus de 120 pays.

 

www.codingame.com

 

codingame_screenshot_01

codingame_screenshot_04

Swift, le nouveau langage d’Apple

Le 2 juin lors de la dernière conférence WWDC (Apple Worldwide Developers Conference), parmi les annonces dédiées à iOS 8 et OS X Yosemite, Apple a créé la surprise en annonçant un nouveau langage de programmation : Swift. Il n’a pas fallu attendre longtemps pour voir de nombreux projets et expérimentations émerger.

« Swift, c’est de l’Objective-C sans le C », a déclaré Craig Federighi, le patron d’iOS/Mac OS. Plus concis et plus rapide, sa syntaxe est beaucoup plus claire. Swift succède donc à Objective-C, un langage de programmation dérivé du C principalement utilisé dans l’univers Apple, qui commençait à accuser ses 30 ans.

On ne connaît pas toutes les raisons qui ont motivé Apple à adopter ce nouveau langage, mais on connait les limitations auxquelles la marque faisait face avec le C et l’Objective-C et les enseignements qu’elle devait en tirer.

En effet, pour développer une application sur iOS et OS X, les développeurs emploient le plus souvent un mélange de deux langages : le C et l’Objective-C. Le C est impératif, procédural et est plus proche du langage machine.
Tandis que l’Objective-C, hérité du C, est orienté objet et tend vers le fonctionnel : le développement se fait par l’intermédiaire de fonctions emboitées les unes dans les autres.
Très largement basé sur le C, l’Objective-C en garde donc une bonne partie des problèmes : lourd, confus et un peu dépassé, il est compliqué à apprendre et n’est plus vraiment adapté aux concepts modernes de la programmation, notamment dans la gestion de la mémoire.

Swift devrait être plus simple à apprendre pour les débutants : ils pourront voir en quasi-direct le résultat d’une modification sans devoir tout recompiler (l’étape de traduction du code). Les programmeurs devraient perdre moins de temps à débugger le code. A l’heure où les politiques poussent pour enseigner la programmation à l’école, le langage d’Apple pourrait bien séduire.

Les développeurs ont déjà expérimenté ce nouveau programme 

Même si le langage n’a qu’un mois d’existence, comme toute nouveauté, il attire la curiosité, et donc de nombreuses recherches sur le web. Swift devrait donc apparaitre dès le mois prochain dans le top 20 du classement mensuel de popularité des langages par TIOBE (la société mesure la popularité et l’intérêt que les langages suscitent sur le web en se basant sur les requêtes effectuées sur différents moteurs de recherche.)

Pour citer quelques exemples, Brent Simmons, le développeur à l’origine de MarsEdit et NetNewsWire, a annoncé qu’il allait écrire la version Mac de Vesper entièrement en Swift. À une autre échelle, Facebook a ajouté la prise en charge de Swift à Parse, sa suite d’outils et de services à destination des développeurs.
Selon David Gewirtz, journaliste et développeur, par sa simplicité, Swift a « le potentiel pour révolutionner le développement professionnel d’apps tout en ouvrant la porte à une utilisation éducative et de loisir ».

Créé par Apple et pour Apple

A l’heure actuelle, porter une app d’iOS vers Android est relativement simple grâce à des traducteurs entre Objective-C et Java, le langage principal de la plateforme de Google. Avec Swift, le portage vers Android devient plus compliqué. De plus, Swift n’est pour l’instant pas open-source : Apple exerce un contrôle absolu sur iOS, sur sa boutique, et, désormais, sur le ciment pour fabriquer les apps.

Swift a donc pour ambition de devenir la voie royale pour créer des applications sur iOS et OS X avec, au bout du chemin, un objectif pour Apple : contrôler toute la chaine du développement pour ses systèmes de A à Z (son IDE (Xcode), son langage, ses API, son compilateur.)

Lyon PHP Tour

Lyon accueillera la prochaine édition du PHP Tour. Après Lille et Nantes, la troisième édition de cet événement annuel itinérant aura lieu les 23 et 24 juin à la Manufacture des Tabacs, Lyon 8ème.

Organisé par l’AFUP, Association Française des Utilisateurs de PHP, le PHP Tour est un cycle de conférences itinérant. Il a pour particularité d’aborder des problématiques et enjeux économiques proches de ceux rencontrées par les entreprises de la région d’accueil, et de s’attarder sur les dernières avancées du langage. Le programme s’adresse essentiellement aux développeurs, utilisateurs, prestataires et passionnés de PHP. Il est devenu un rendez-vous annuel incontournable depuis 3 ans pour ces professionnels.

La thématique de prédilection de cette édition lyonnaise sera “Méthodologie de travail et Industrialisation”, et sur les moyens de supprimer ce “bruit” qui freine la création de valeur.

Cette édition débutera donc lundi 23 juin par un tour d’horizon de PHP en 2014, présenté par Rasmus Lerdorf (Etsy). Julien Pauli, en charge de la gestion des sorties des versions 5.5 et 5.6 du langage, sera présent mardi 24 juin pour une présentation sur “YooopeeCache” ou comment installer, configurer et profiter de OPCache, le cache d’OPCode par défaut depuis PHP5.5. Pascal Martin (TEA, The Ebook Alternative) présentera une conférence technique pour appréhender les changements de versions de PHP 5 : “PHP 5.3 ? PHP 5.6 : no pain but gain !”,

Des thématiques novatrices seront également abordées : “Comprendre Git et la théorie des graphes pour de bon” par Geoffrey Bachelet (Développeur depuis 10 ans, puis entrepreneur) et “Indexation et recherche “like a boss” avec Elastica” par Damien Alexandre (JoliCode). Puis, Ivan Enderlin (Doctorant en Informatique (spécialisé dans la sûreté et sécurité du logiciel) nous parlera de “Praspel, un langage de spécification par contrats” et Gabriel Pillet (KNPLabs) de “P.D.D. Pragmatism Driven Development”.
Enfin, le cycle de conférences se terminera par une série de lightning talks, menés par Joël Wurtz (JoliCode), Eric Daspet (TEA, the ebook alternative), Clément Herreman (PRofilsoft) et Benjamin Clay (Jolicode).

Marquez d’ores et déjà la prochaine édition dans vos agendas : le PHP Tour 2015 aura lieu en juin 2015 à Toulouse.

Inscription obligatoire pour le PhP tour de Lyon