10 tendances réseaux sociaux qui vont faire évoluer le marketing

Le mobile et les réseaux sociaux sont aujourd’hui très répandus et tendent à se populariser dans le monde entier : plus des deux tiers de la population mondiale utilisent un mobile, et 36% des individus consultent régulièrement les réseaux sociaux. Et cette tendance ne va pas s’inverser de si tôt, l’évolution du nombre d’utilisateurs sur mobile et les réseaux sociaux montre que leur croissance est accrue : +28% d’utilisateurs actifs pour le mobile, et +21% d’utilisateurs actifs sur les réseaux sociaux entre 2015 et 2016. Cependant leurs utilisations et les comportements des utilisateurs sur les réseaux sociaux évoluent. Découvrez les 10 tendances réseaux sociaux qui vont faire évoluer le marketing d’après la présentation Future Social: 10 Key Trends in Social Media publiée par l’agence digitale We Are Social.

 

1. Les messageries instantanées

Aujourd’hui, on compte plus de messages envoyés par des applications de messageries instantanées (telles que Facebook Messenger et WhatsApp) que par email. D’ici 18 mois, les applications de messagerie instantanée dépasseront en nombre d’utilisateur les réseaux sociaux. Ces messageries privées ont changé la donne pour les marques, et il leur est impossible de s’y insérer pour faire de la publicité.

Comment tirer parti de cette évolution ?
Le rôle des marques change ainsi peu à peu, leur mission sera davantage de créer des conversations (en privé) que de produire du contenu.

2. L’évolution de notre manière de communiquer

Les utilisateurs trouvent constamment de nouvelles façons de communiquer via les messageries instantanées. Chaque jour, des milliers d’emojis sont envoyés à travers les plateformes sociales. D’où vient cette popularité soudaine ? La raison est simple : notre cerveau assimile les emojis à de vrais expressions de visage, ce qui crée de l’empathie. Il en va de même pour les « stickers ».
D’autre part, de nombreux utilisateurs d’apps de conversations instantanées sont passés des messages texte aux messages audio. Cette évolution rapide a laissé les marques complètement à la traîne.

Comment tirer parti de cette évolution ?
C’est aux marques d’exploiter ces nouveaux comportements pour construire de l’empathie au lieu de se concentrer uniquement sur la portée.

3. Les plateformes intégrées

Plus de 11 000 chat bots ont déjà été développés pour Facebook Messenger. WeChat est aujourd’hui tellement intégré qu’il regroupe presque tout Internet en une seule application. Cette application vous permet notamment d’envoyer de l’argent, commander un taxi, faire du shopping, prendre rendez-vous chez un médecin, jouer à des jeux, etc. Il en va de même pour Siri qui sera bientôt une « application plate-forme » offrant de nouvelles opportunités.

Comment tirer parti de cette évolution ?
Passez de la publicité à l’utilité, trouvez de nouvelles façons d’ajouter de la valeur à votre audience !

4. La vidéo

La vidéo est le contenu le plus vu sur les réseaux sociaux aujourd’hui. Et les façons de « faire » de la vidéo changent très rapidement : vidéo en live-stream, vidéo 360°, réalité virtuelle. Les publicitaires sont dépassés, ce ne sont pas des professionnels du cinéma.

Comment tirer parti de cette évolution ?
La vidéo ajoute de la valeur tangible à votre marque, elle ne fait pas que divertir votre audience au hasard de ses consultations. Réfléchissez à comment utiliser la vidéo pour influencer le comportement de vos spectateurs.

5. Contenu VS. Social

Notre obsession du contenu est arrivée au point de dégrader l’interaction sociale. Nous prévoyons des calendriers de contenus au lieu de se centrer sur les effets sociaux désirés. Le contenu n’est pas une fin en soi, les marques doivent saisir la vraie opportunité qui se cache derrière : créer de l’engagement avec les utilisateurs, converser, discuter !

Comment tirer parti de cette évolution ?
Utilisez les réseaux sociaux pour ce qu’ils ont de plus forts : créer des interactions en one-to-one. Arrêtez la publicité, et interagissez avec les gens !

6. Reconsidérer le rôle de la publicité payée

Alors que les fils d’actualités sont saturés, on dirait que la seule option des marques est d’acheter de la portée. Or, ce besoin permanent d’afficher un message publicitaire à la figure de tout le monde est devenu insoutenable. Faire la promotion de contenu médiocre vous fait perdre de l’argent et ennuie votre audience. Ce qui signifie également que les marques payent encore plus cher pour délivrer des messages insignifiants pour leur audience.

Comment tirer parti de cette évolution ?
Tout d’abord, demandez vous si payer de la portée sur chaque publication vous aidera vraiment à régler les problèmes de votre marque. Ensuite, utilisez la publicité payée pour adresser une cible plus spécifique et répondre à des objectifs précis de votre marque.
Promouvez vos contenus au bon moment (assurez vous que les gens voient votre contenu au moment où c’est le plus pertinent), amplifiez le succès d’un contenu qui fonctionne déjà naturellement, et achetez de la publicité quand avez absolument besoin de délivrer un message à votre public qu’elle que soit la capacité du message à engager. Enfin, mesurez le succès en termes d’actions, de comportements et d’émotions, et non en termes de vues.

7. Amplifier d’autres voix que celle de votre marque

Votre succès sur les réseaux sociaux n’est pas seulement dû à ce que VOUS dites, mais aussi grâce à ce que les gens disent de vous. Leurs messages sont souvent plus convaincants. Trois types de personnalités sont particulièrement importantes : les célébrités, les leaders d’opinion et vos défenseurs. Ces influenceurs, auxquels on peut faire confiance comme à un ami, sont souvent meilleurs que vous pour engager un public en votre nom. De plus, vos partisans peuvent également délivrer des messages puissants et éloquents.

Comment tirer parti de cette évolution ?
Leur crédibilité est construite sur l’authenticité, votre rôle est d’amplifier leurs messages. Faites ami ami avec certains influenceurs ainsi qu’avec vos adeptes pour atteindre des objectifs communs.

8. Réseaux sociaux professionnels

Les réseaux sociaux professionnels enregistrent la croissance la plus rapide du moment. Facebook at Work et Slack changent les façons de communiquer, et ce n’est pas pour rien si Microsoft a racheté Linkedin pour 26 milliards de dollars. Ces réseaux sociaux pros créent de nouvelles opportunités : recrutement, networking, collaboration, et influence. Améliorer et accroître le profil social des cadres supérieurs est essentiel. N’oubliez pas également que vos employés sont vos meilleurs avocats.

Comment tirer parti de cette évolution ?
Investir dans les réseaux sociaux professionnels est une source de valeur importante.

9. Commerce & réseaux sociaux

Les boutons d’appel à l’action commerciaux sont de plus en pus présents sur les réseaux sociaux. Ces outils de conversions directs offrent aux marques un potentiel énorme, mais qui doit cependant être utilisé prudemment pour éviter d’irriter les consommateurs. Il est également crucial d’intégrer un service consommateur dans son plan e-commerce sur les réseaux sociaux.

Comment tirer parti de cette évolution ?
Trouvez comment construire une vraie relation commerçante et sociale, pas seulement en ajoutant des boutons.

10. Une mesure plus significative du ROI

Le vrai engagement ne peut être mesuré en termes de portée, likes, vues et clics. Nous avons besoin d’outils de mesure plus significatifs pour mesurer les contributions sur les réseaux sociaux.

Comment tirer parti de cette évolution ?
Mesurez ce qui compte, et non seulement ce que vous pouvez compter !
Il ne faut plus penser en fonction de ce que l’audience pense, ressent et fait, mais penser à ce que nous aimerions que la cible pense, ressente et fasse. Utilisez des groupes témoins : un groupe engagé sur les réseaux sociaux, et un autre qui ne l’est pas. Cela vous permettra d’identifier les contributions de chaque des groupes.

 

Consultez l’intégralité de la présentation

Dites “Ello” au nouveau réseau social

Déjà acclamé par la presse tech aux Etats-Unis, Ello est un nouveau réseau social crée par sept amis cherchant à imposer leur projet comme nouvelle alternative à Facebook.

 

Ils sont nombreux à s’être lancé dans une bataille acharnée contre Facebook, cherchant à tirer son épingle du jeu coûte que coûte, mais peu sont ceux qui ont réussi à émerger. C’est pourtant ce qui anime les 7 amis et fondateurs du nouveau réseau social Ello. Crée en mars 2014, la start-up souhaite détrôner Facebook en proposant un nouveau réseau social sans publicité et financé par des dons.

« Nous ne collecterons pas, ni ne vendrons, vos données personnelles sur Ello.
Nous ne ferons jamais d’argent avec de la publicité. Point final. »
Paul Budnitz, créateur d’Ello.

La page d’accueil et Manifesto du réseau social donnent le ton « Votre réseau social est tenu par des publicitaires. » Effectivement, nous avons tous conscience qu’en allant sur Facebook nos données sont analysées puis proposées aux marques pour que ces dernières nous proposent de la publicité ciblée sur la base de ces informations collectées. Mais en aucun cas, Facebook ne vend directement ces bases de données aux publicitaires.
D’ailleurs Ello ne cache pas non plus que les créateurs du site ont également accès à ses informations, « mais uniquement dans le but d’améliorer le site. »

Ello ne veut donc rien à voir avec Faceboook ! Dans une interview accordée à Betabeat.com, Paul Budnitz, artiste et designer américain, créateur d’Ello, déclare :

« En gros, nous avons construit Ello pour des gens comme nous. Donc Ello doit être beau, fonctionner en accord avec ce qu’on est, et, bien sûr, éviter les conneries habituelles. »

En complément de cette polémique anti-Facebook, Ello a savamment orchestré son arrivée en conviant toute la presse tech US à tester la version bêta le réseau social uniquement sur invitations.

Capture d’écran 2014-09-30 à 19.24.09

 

Et dans la pratique alors ?

Grâce à une invitation reçue au préalable, vous pourrez tester cette fameuse version bêta d’Ello. Ensuite, rien de plus simple, vous créez votre compte. Le point d’orgue du site sera le tableau de bord. Les fonctionnalités sont moindres mais ne diffèrent peu des réseaux sociaux sur lesquels vous avez l’habitude de naviguer : vous allez pouvoir mettre en ligne textes et photos (grands formats), suivre les activités des personnes de votre choix, commenter et partager des contenus.

Contrairement à Facebook, mais tout comme Twitter, les messages que vous publiez apparaissent automatiquement dans les timelines de tous vos abonnés.
De base, vous pourrez également ajouter vos nouveaux contacts dans la liste « friend » ou « noise » (connaissances).

Le design est basique, ou bien épuré, voyez-le comme vous le voudrez ! Ce qui peut être un point différenciant pour ceux qui n’affectionneraient pas l’interface trop chargée de Facebook. Paul Budnitz a voulu « créer un site à son image : hipster et chic. »

Comme sur les autres réseaux sociaux, la personnalisation de son profil est possible : vous pourrez ainsi changer photo de couverture, avatar, bio …

Même si le site se veut « minimaliste », certaines fonctionnalités manquent donc à l’appel : moins de place pour l’interaction, la fonctionnalité « commentaire » n’est pas tout à fait développée. La modération est inexistante, on ne peut signaler aucun contenu. L’importation de ses contacts est impossible, ce qui nous empêchent de retrouver vos copains sur le réseau depuis notre carnet d’adresse (vous pouvez tout de même lancer une recherche de personnes), pas de messagerie privée, pas d’appli mobile …

Mais étant donné qu’il ne s’agit que de la version beta du site, on imagine que ces lacunes seront corrigées au fur et à mesure de l’expérience utilisateur.

Screenshot Ello

Utopie ou réalité ?

Le manifeste publié sur le site d’Ello comporte d’ores et déjà des contre-vérités. Au delà du discours attaquant Facebook sur la « vente des données », on constate tout d’abord que le site n’est pas en open-source et que ses 7 évangélistes ont déjà réalisé une levée de fond de 435 000 dollars en mars 2014.
Il faudra donc d’une manière ou d’une autre que la société en sorte avec une plus-value, tout laisse donc à supposer que cette plus-value passera par un service payant, si la publicité est laissée de côté.

 

Allez-vous tester de nouveau réseau social ? Répondez-nous sur Twitter @bossedansleweb + #ello